Est-ce que je peux manger des charcuteries et des viandes froides pendant ma grossesse ?

Mis à jour le: Mar 15, 2022

Les charcuteries et viandes froides sans danger sont celles qui ont été séchées et salées et qui n’ont pas besoin d’être réfrigérées avant l’ouverture, comme certains peppéronis et salamis. Les autres charcuteries doivent être réchauffées jusqu’à ce qu’elles soient fumantes.

Qu’est-ce que les charcuteries et les viandes froides ?

Les charcuteries et viandes froides sont des viandes transformées. Elles peuvent être crues ou cuites et utilisent souvent le sel comme agent de conservation. Dans ce texte, nous considèrerons tous les types de charcuteries ainsi que les viandes froides en tranches, comme le rosbif, le jambon et la poitrine de dinde, qui sont fréquemment consommés. Il est important de rappeler qu’il est toujours préférable de choisir des viandes non transformées plutôt que des charcuteries.

Pourquoi peuvent-elles être dangereuses ?

Il arrive que des aliments contiennent des bactéries pouvant nous rendre malades et provoquer des intoxications alimentaires. Durant la grossesse, la femme court un plus grand risque d’intoxication alimentaire, car son système immunitaire est plus faible.

De plus, les mauvaises bactéries peuvent être transmises au bébé qui n’a pas un système immunitaire assez développé pour combattre l’intoxication. Cela peut mener à une fausse couche ou une naissance prématurée. Il faut donc s’assurer de choisir des aliments sécuritaires pour votre santé et celle du bébé.

Quelles charcuteries sont sécuritaires ?

Les charcuteries qui n’ont pas été séchées et salées sont plus à risque de contenir des bactéries mauvaises pour vous et votre bébé. Donc, le salami et le peppéroni, qui ne nécessitent pas de réfrigération, sont des exemples de charcuteries sécuritaires à consommer durant la grossesse puisqu’ils ont été séchés et salés.

Les charcuteries et viandes froides vendues réfrigérées comme la mortadelle, les saucisses fumées (hot-dogs), le rosbif, la poitrine de dinde en tranches et certains peppéronis et salamis sont sécuritaires seulement si elles sont réchauffées jusqu’à ce qu’elles soient fumantes ou si elles sont utilisées dans des mets cuits jusqu’à une température interne sécuritaire. Il ne faut pas les consommer crues.

Les produits à tartiner vendus dans des pots de verre avec un couvercle en métal sont sans danger puisqu’ils ont été chauffés à haute température au moment de la mise en conserve. Cependant, les pâtés et les viandes à tartiner vendus réfrigérés dans des contenants de plastique n’ont pas été chauffés à haute température ; ils comportent plus de risques de contenir de mauvaises bactéries. Ils sont donc déconseillés.

Comment s’assurer qu’elles demeurent sécuritaires ?

Les charcuteries et viandes froides doivent être conservées adéquatement pour s’assurer qu’elles restent sécuritaires. Effectivement, dans le cas des charcuteries, celles-ci devraient être consommées avant la date d’expiration. De plus, voici comment entreposer vos charcuteries :

  • Les charcuteries vendues réfrigérées devraient être entreposées au réfrigérateur dès leur achat ;
  • Les charcuteries vendues sans réfrigération devraient être entreposées au réfrigérateur une fois l’emballage ouvert.

Conclusion

Les charcuteries séchées et salées et qui n’ont pas besoin d’être réfrigérées sont sécuritaires. Celles qui ont besoin d’être réfrigérées devraient être réchauffées jusqu’à une température sécuritaire avant d’être consommées. Rappelons que peu importe le type de charcuteries, il est préférable de choisir des viandes non transformées.

Références

Santé Canada. (2015). La salubrité des aliments pour les femmes enceintes. Gouvernement du Canada.

https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/salubrite-aliments-pour-populations-vulnerables/salubrite-aliments-pour-femmes-enceintes.html

MAPAQ. (n.d.). Durée de conservation et entreposage des aliments. Gouvernement du Québec.

https://www.quebec.ca/sante/alimentation/salubrite-des-aliments/conservation-aliments

Institut national de santé publique du Québec. (2022) Prévention des infections d’origine alimentaire. Mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à deux ans.

https://www.inspq.qc.ca/mieux-vivre/grossesse/l-alimentation-pendant-grossesse/prevention-infections-d-origine-alimentaire

 

 

Julianne Payeur, étudiante en nutrition

En collaboration avec les intervenantes du Dispensaire

Contenu qui pourrait vous interesser

Commentaires

Suivez-nous

1,910FansLike
65FollowersFollow
219SubscribersSubscribe

DERNIERS AJOUTS

PRINCIPAUX PARTENAIRES
PARTENAIRES

Slide Slide Slide Slide Slide