Nourrir la vie Un programme du Dispensaire | La référence en nutrition périnatale, de la grossesse au nourrisson.

Pourquoi les programmes prénataux en milieu défavorisé offrent-ils du lait comme supplément?

Publié le :
Par : L’équipe de nutritionnistes de Nourrir la vie | Dispensaire diététique de Montréal
— Mis à jour le :
programmes-prenataux-milieu-defavorise-lait-supplement

Le lait est offert comme supplément aux femmes enceintes parce que c’est un aliment nutritif, accessible, de faible coût et qui répond particulièrement bien aux caractéristiques de la grossesse.

Le lait possède plusieurs caractéristiques et qualités nutritionnelles qui en font un aliment de choix pour la femme enceinte.

Aliment nutritif

Pour plusieurs, prendre le litre de lait qui leur est donné dans le cadre de l’intervention nutritionnelle suffit à combler les besoins supplémentaires en énergie, protéines, vitamines B2, B12, D et en phosphore durant la grossesse. Le lait est aussi une excellente source de potassium, de vitamine A et de zinc. Un litre de lait par jour comble 100 % des besoins en calcium de la femme enceinte. De plus, le contenu en protéines et en matières grasses du lait procure un effet de satiété, ce qui n’est pas le cas avec d’autres liquides. Ainsi, consommer du lait aide à réguler la prise alimentaire et l’apport énergétique, en plus de favoriser le contrôle de la glycémie (taux de sucre dans le sang). À lui seul, le lait améliore le statut nutritionnel de la future maman, ce qui explique en partie le succès de l’intervention de la «méthode Higgins»©.

Faible coût, accessibilité et versatilité

Le lait offre un rapport qualité/prix très avantageux. Il s’agit d’une source de protéines de haute qualité très abordable. Le lait est facile à trouver partout, en tout temps. Puisqu’il est liquide et ne requiert pas de préparation, il est facile à intégrer à l’alimentation et se prête à divers usages : laits aromatisés, smoothies, céréales chaudes ou froides, soupes-crèmes, sauces blanches, yogourt maison, desserts à base de lait (flan, pouding au riz, tapioca, etc.), yogourt glacé, breuvages chauds (thé, café), etc. Enfin, il s’adapte facilement à diverses pratiques alimentaires, notamment celles de différentes cultures.

Adapté aux caractéristiques de la grossesse

Les nausées et vomissements sont des malaises fréquents en début de grossesse et sont dus aux changements hormonaux. Pour atténuer les nausées, il est conseillé de consommer des liquides entre les repas. Le lait est alors un aliment nutritif qui peut en plus compenser la perte nutritionnelle associée aux vomissements.

En fin de grossesse principalement, à cause du bébé qui comprime l’estomac, la sensation de satiété peut survenir rapidement, même après avoir très peu mangé. Aliment très dense en nutriments importants, le lait offre beaucoup d’éléments nutritifs sous un faible volume. Il peut aussi réduire la sensation de brûlure d’estomac fréquente durant la grossesse, particulièrement lorsqu’il est pris entre les repas.

La consommation de lait durant la grossesse pourrait avoir un impact positif sur la densité osseuse de la femme. De plus, un apport adéquat en produits laitiers contribuerait à prévenir des conditions comme l’hypertension gravidique, le diabète et l’insuffisance pondérale à la naissance du bébé, contribuant ainsi à la santé générale de la mère et de l’enfant.

En tant qu’intervenant, pour en connaître davantage sur le lait dans le cadre de l’intervention nutritionnelle, consultez le billet  Pourquoi  le lait est-il utilisé comme outil d’intervention par la «méthode Higgins»©?

Références

  • Blucheau, J. (2015). Alimentation, nutrition et grossesse. Montréal: Éditions La Semaine.
  • Dispensaire diététique de Montréal. Évaluation de la « méthode Higgins » ©. Repéré à : http://www.dispensaire.ca/autres-activites/recherche/evaluation-de-la-methode-higgins
  • Duvekot, E.J., de Groot, C.J., Bloemenkamp, K.W. et Oei, S.G. (2002). Pregnant women with a low milk intake have an increased risk of developing preeclampsia. European journal of obstetrics & gynecology and reproductive biology, 105 (1), 11-14.
  • Les diététistes du Canada. (2011). Une saine alimentation pendant la grossesse. Repéré à : http://www.pennutrition.com/viewhandout.aspx?Portal=UbY=&id=JMbrXwY=&PreviewHandout=bA==
  • Liu, Z., Qiu, L., Chen, Y.M. et Su, Y.X. (2011). Effect of milk and calcium supplementation on bone density and bone turnover in pregnant Chinese women: a randomized controlled trail. Archives of Gynecology and Obstetrics, 283(2), 205 – 211.
  • Ludvigsson, J.F. et Ludvigsson, J. (2004). Milk consumption during pregnancy and infant birthweight. Acta paediatrica, 93(11), 1474-1478.
  • Olsen, S.F., Halldorsson, T.I., Willett, W.C., Knudsen, V.K., Gillman, M.W., Mikkelsen, T.B., Olsen, J. et Nutrix Consortium. (2007). Milk consumption during pregnancy is associated with increased infant size at birth: prospective cohort study, American Journal of Clinical Nutrition, 86(4), 1104-1110.
  • Oumar B. Hamza et coll. (2003). Interventions comprenant des suppléments alimentaires OLO. Repéré à : http://fondationolo.ca/wpcontent/uploads/2014/09/interventionsavecsuppolo.pdf
  • Santé Canada. (2010). Fichier canadien sur les aliments nutritifs. Repéré à : http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/nutrition/fiche-nutri-data/cnf_downloads-telechargement_fcen-fra.php
  • Tong, X., Dong, J.Y., Wu, Z.W., Li, W. et Qin, L.Q. (2011). Dairy consumption and risk of type 2 diabetes mellitus: a meta-analysis of cohort studies. European journal of clinical nutrition, 65(9):1027-31.
  • United States Department of Agriculture (USDA). (2015). Women, Infants and Children (WIC). Repéré à : http://www.fns.usda.gov/wic/women-infants-and-children-wic
  • Weinberg LG et al. (2004). Nutrient contributions of dairy foods in the United States, continuing survey of food intakes by individuals, 1994–1996, 1998. , Journal of the American Dietetic Association, 104(6), 895-902.

Catégories:

L’Agence de la santé publique du Canada a contribué financièrement à la production de Nourrir la vie.

Les vues exprimées ici ne reflètent pas nécessairement la position officielle de l’Agence de la santé publique du Canada.