Est-il est normal que la production de salive augmente durant la grossesse?

Mis à jour le: Apr 29, 2021

Oui, la production de salive peut augmenter, ce qu’on appelle l’hypersalivation. C’est un phénomène observé chez certaines femmes durant la grossesse.

Qu’est-ce que l’hypersalivation?

L’hypersalivation est la production excessive de salive dans la bouche. C’est un symptôme qui apparaît chez certaines femmes enceintes en début de grossesse mais qui peut parfois persister jusqu’à la fin de la grossesse. Enfin, il semble que cette plus grande production de salive soit associée aux nausées et aux vomissements.

On ignore la cause exacte de l’hypersalivation pendant la grossesse mais on croit qu’elle serait liée aux changements hormonaux. Diverses causes, autres que la grossesse, peuvent expliquer l’augmentation de la salive, par exemple le reflux gastro-œsophagien, le tabagisme et la prise de certains médicaments.

Quelles sont les conséquences de l’hypersalivation?

Les femmes aux prises avec l’hypersalivation trouvent souvent difficile d’avaler leur salive, car cela augmente la sensation de nausées et de vomissements. Certaines éprouvent aussi un goût désagréable dans la bouche. En soi, l’hypersalivation n’affecte pas le bébé. Toutefois, si la production excessive de salive provoque des nausées et vomissements importants ou une baisse d’appétit, ceci risque d’affecter l’alimentation de la femme enceinte. Ainsi, dans certains cas, la croissance et le développement du bébé et pourraient être affectés. Il existe aussi un risque de déshydratation chez les femmes qui souffrent de vomissements importants. L’hypersalivation peut également nuire au sommeil et à la qualité de vie de la femme

Certaines femmes enceintes mangent parfois de la terre ou de la noix de cola pour tenter de diminuer la sensation de nausées ou d’excès de salive. Cependant, consommer de la terre pourrait mettre la santé de la future maman à risque en causant une infection, si par exemple la terre est contaminée, ou des problèmes au niveau de l’estomac ou des intestins. En ce qui concerne la noix de cola, il n’est également pas conseillé d’en manger pendant la grossesse puisqu’elle est riche en caféine.

Pistes de solution pour diminuer l’inconfort

Il n’existe pas de solution dont l’efficacité soit démontrée pour réduire la production de salive. Pour les femmes enceintes vivant de l’hypersalivation, l’objectif est surtout de tenter de diminuer les symptômes. Si l’hypersalivation s’accompagne de nausées, de vomissements ou de brûlures d’estomac, apprendre à gérer ces malaises peut également aider. Il est aussi important de maintenir une bonne hydratation tout au long de la grossesse et ce surtout si la femme souffre de vomissements.

Aussi, outre les effets bénéfiques pour la santé de la mère et du bébé, cesser la consommation de tabac pourrait également diminuer la production excessive de salive. Si la prise d’un médicament augmente la production de la salive, on recommande à la femme enceinte d’en discuter avec son ou sa médecin pour évaluer la possibilité de modifier cette médication.

Les femmes expérimentant l’hypersalivation vont souvent cracher l’excès de salive pour diminuer d’autres malaises, comme les nausées et les vomissements. Les conseils suivants peuvent également être appliqués afin d’alléger temporairement l’hypersalivation. Ces astuces ne réduisent pas la production de salive en soi, mais peuvent réduire la sensation d’avoir trop de salive en bouche :

  • Mâcher de la gomme;
  • Sucer des cubes de glace ou des bonbons durs;
  • Boire de petites gorgées d’eau tout au long de la journée;
  • Se brosser les dents et se gargariser fréquemment.

Si la situation d’hypersalivation persiste ou accentue les nausées et les vomissements, il est conseillé de consulter un ou une médecin.

Références

Bianco, A. (2021). Maternal adaptations to pregnancy: Gastrointestinal tract. UptoDate.

https://www.uptodate.com/contents/maternal-adaptations-to-pregnancy-gastrointestinal-tract?search=ptyalism&source=search_result&selectedTitle=1~4&usage_type=default&display_rank=1

Bronshtein, M., Gover, A., Beloosesky, R., Dabaja, H., Ginsberg, Y., Weiner, Z., & Khatib, N. (2018). Characteristics and Outcomes of Ptyalism Gravidarum. The Israel Medical Association journal : IMAJ, 20(9), 573–575.



Diko, M. L., & Siewe épse Diko, C. N. (2014). Physico-chemistry of geophagic soils ingested to relief nausea and vomiting during pregnancy. African journal of traditional, complementary, and alternative medicines : AJTCAM, 11(3), 21–24. https://doi.org/10.4314/ajtcam.v11i3.4



Suzuki, S., Igarashi, M., Yamashita, E., & Satomi, M. (2009). Ptyalism gravidarum. North American journal of medical sciences, 1(6), 303–304.



Thaxter Nesbeth, K. A., Samuels, L. A., Nicholson Daley, C., Gossell-Williams, M., et Nesbeth, D. A. (2016). Ptyalism in pregnancy - a review of epidemiology and practices. European journal of obstetrics, gynecology, and reproductive biology, 198, 47–49. https://doi.org/10.1016/j.ejogrb.2015.12.022



 

 

En collaboration avec les intervenantes du Dispensaire

Contenu qui pourrait vous interesser

Commentaires

Suivez-nous

1,910FansLike
66FollowersFollow
159SubscribersSubscribe

DERNIERS AJOUTS

PRINCIPAUX PARTENAIRES
PARTENAIRES

Slide Slide Slide Slide Slide