Est-ce-que les suppléments d’oméga-3 aident à diminuer le risque de prééclampsie?

Mis à jour le: No revision

Non. Bien qu’il soit connu qu’un bon taux d’oméga-3 sanguin diminue les risques de prééclampsie, les études n’ont pas démontré de bénéfices à consommer des suppléments d’oméga-3. En revanche, les sources d’oméga-3 alimentaires, elles, semblent favoriser la diminution du risque de prééclampsie.

Pour une femme à risque de faire la prééclampsie, une condition caractérisée par une haute pression artérielle et la présence de protéines dans l’urine, il n’est pas nécessaire de prendre les suppléments d’oméga-3. Il est plutôt recommandé de consommer des aliments riches en ce nutriment, comme  les poissons gras (le saumon, la truite, le maquereau, la sardine, le merlan et l’alan), les fruits de mer ou les algues qui  apportent aussi d’autres bienfaits. Afin d’en savoir davantage sur les oméga-3 alimentaires, cliquer ici.

Un bon apport en oméga-3, reflété par un niveau sanguin adéquat, prévient le risque de développer la prééclampsie durant la grossesse. Cependant comme le mécanisme d’action des omégas-3 n’est pas encore clairement connu, il est difficile de déterminer si la diminution du risque est due aux oméga-3 seuls ou à la combinaison des oméga-3 et d’autres éléments présents dans les aliments. En effet, les oméga-3 en supplément ne contribuent pas à diminuer le risque de prééclampsie et, ceci, peu importe  la forme du supplément d’oméga-3 prise (capsule d’oméga-3, huile de foie de morue, autres huiles de poisson et etc.). Il semble même qu’une consommation trop importante d’oméga-3 sous forme de supplément pourrait, au contraire, augmenter les risques de prééclampsie chez la femme enceinte. De plus, comme la quantité d’oméga-3 nécessaire pour diminuer les risques de prééclampsie n’est pas encore connue, les oméga-3 sous forme de supplément ne sont pas conseillés car ils sont souvent en dose unique et concentré.

En fait, les oméga-3 font partie de la famille des acides gras essentiels et apportent plusieurs bénéfices à la mère et à l’enfant durant la grossesse. Ils sont requis pour la formation du cerveau et des autres tissues nerveux de l’enfant à naître. Les  omégas-3 ont des propriétés anti-inflammatoires qui aident à diminuer l’état de stress dans le corps et ont le potentiel de diminuer la pression artérielle. Pour cette raison,  ils ont reçu beaucoup d’attention en relation avec le développement de la prééclampsie. Pour en savoir davantage sur la prééclampsie, cliquer ici.

Références

Bakheit, K. H., Ghebremeskel, K., Pol, K., Elbashir, M. I. & Adam, I. (2010). Erythrocyte omega-3 and omega-6 fatty acids profile in Sundanese women with pre-eclampsia. Journal of Obstetrics and Gynaecology, 30:2, 151-154.



Kulkarni, A., Mehendale, S., Pisal, H., Kilari, A., Dangat, K., Salunkhe, S., Taralekar, V., & Joshi, S. (2011). Association of omega-3 fatty acids and homocysteine concentrations in pre-eclampsia. Clinical Nutrition, 30:60-64.



Mackay, V. A., Huda, S. S., Stewart, F, M., Tham, K., McKenna, L. A., Martin, I., Jordan, F., Brown, E. A. Hodson, L., Greer, I. A., Meyer, B. J. & Freeman, D. J. (2012). Preeclampsia is associated with compromised maternal synthesis of long chain polyunsaturated fatty acids, leading to offspring deficiency. Hypertension, 60:1078-1085.



Makrides, M., Duley, L. & Olsen, S. F. (2012). Marine oil, and other prostaglandin precursor, supplementation for pregnancy uncomplicated by preeclampsia or intrauterine growth restriction (Review). Cochrane Database of Systematic Reviews 10: 3.



Mehendale, S., Kihari, A., Dangat, K., Taralekar, V., Mahadik, S. & Joshi, S. (2008). Fatty acids, antioxidants, and oxidative stress in pre-eclampsia. International Journal of Gynecology and Obstetric, 100, 234-238.



Oken, E. Ning, Y. Rifas-shiman, S. L., Rich-Edwards, J. W., Olsen, S. F. & Gillman, M. W. (2007). Diet during pregnancy and risk of preeclampsia or gestational hypertension. Annal Epidemiology, 17:663-668.



Olafsdottir, A. S., Skuladottir, G.V., Thorsdottir, I., Hauksson, A., Thorgeirsdottir, H. & Steingrimsdottir, L. (2005). Relationship between high consumption of marine fatty acids in early pregnancy and hypertensive disorders in pregnancy. An International Journal of Obstetrics and Gynaecology, 301-309.



Qiu, C., Sanchez, S. E., Larrabure, G., David, R., Bralley, J. A. & Williams, M. A. (2006). Erythrocyte omega-3 and omega-6 polyunsaturated fatty acids and preeclampsia risk in Peruvian women. Archives Gynecology Obstetrics, 274, 97-103.



Xu, H., Shatestein, B., Luo, Z., Wei, S. & Fraser, W. (2009). Role of nutrition in the risk of preeclampsia. Nutrition Review, 67 (11): 639-657.



Zhou, S. J., Yelland, L., McPhee, A. J., Quinlivan, J., Gibson, R. A. & Makrides, M. (2012). Fish-oil supplementation in pregnancy does not reduce the risk of gestational diabetes or preeclampsia. The American Journal of Clinical Nutrition, 95: 1378-84.



Middleton, P., Gomersall,J.C., Gould, J.F., Shepherd,E., Olsen, S.F., & Makrides, M. (2018). Omega‐3 fatty acid addition during pregnancy. Cochrane Database of Systematic Reviews, 11.



 

 

En collaboration avec les intervenantes du Dispensaire

Contenu qui pourrait vous interesser

Commentaires

Suivez-nous

1,910FansLike
66FollowersFollow
147SubscribersSubscribe

DERNIERS AJOUTS

PRINCIPAUX PARTENAIRES
PARTENAIRES

Slide Slide Slide Slide Slide