Mon bébé court-il le risque de développer une allergie alimentaire?

Mis à jour le: No revision

Le risque d’un enfant de développer des allergies alimentaires est élevé si lui, l’un de ses parents ou un membre de sa fratrie a une allergie alimentaire, de l’eczéma, de l’asthme ou de la rhinite allergique (allergie saisonnière).

QU’EST-CE QU’UNE ALLERGIE ALIMENTAIRE?

Une allergie alimentaire est une réaction anormale du système immunitaire à un aliment normalement inoffensif. Les allergies se manifestent de différentes façons; de petites quantités d’un aliment allergène peuvent causer des réactions très graves. Environ 6 % des enfants souffrent d’allergies. Contrairement à une allergie alimentaire, une intolérance alimentaire ne sollicite pas le système immunitaire. Il s’agit plutôt d’une incapacité à digérer ou à absorber un aliment.

L’arachide, les noix, le soya, les œufs, le lait de vache, les poissons, les fruits de mer, le blé, les graines de sésame et la moutarde constituent les principaux allergènes alimentaires.  Ensemble, ils sont responsables d’environ 90 % des réactions allergiques. Dans bien des cas, l’allergie disparaît pendant l’enfance.

FACTEURS DE RISQUE

Certains enfants sont plus susceptibles de développer des allergies alimentaires en raison de certains facteurs génétiques et environnementaux. On considère qu’un enfant court un très grand risque :

  • s’il présente déjà une allergie à un aliment;
  • s’il souffre d’une maladie atopique, comme l’eczéma, l’asthme ou la rhinite allergique (allergie saisonnière);
  • s’il a un parent ou un membre de sa fratrie (frère, sœur) allergique à un aliment ou souffrant d’eczéma, d’asthme ou de rhinite allergique.

Il est impossible de prédire exactement si un enfant souffrira d’une allergie ou non, et ce, même si l’enfant ne présente aucun facteur de risque. Il est également impossible de prédire à quel allergène il pourrait réagir. Pour cette raison, il est recommandé d’inclure les aliments allergènes dans l’alimentation de l’enfant dès l’introduction des aliments solides; on ajoutera un seul aliment potentiellement allergène à la fois. Le fait de retarder l’introduction de l’aliment allergène dans l’alimentation pourrait augmenter le risque de développer une allergie à cet aliment.

Références

Allergies Québec. (2020). Personnes à risque. Repéré à:

https://allergies-alimentaires.org

Fleisher, D. (2020). The impact of breastfeeding on the development of allergic disease. UpToDate.



Fleischer, D. M., Chan, E. S., Venter, C., Spergel, J. M., Abrams, E. M., Stukus, D., Groetch, M., Shaker, M., & Greenhawt, M. (2021). A Consensus Approach to the Primary Prevention of Food Allergy Through Nutrition: Guidance from the American Academy of Allergy, Asthma, and Immunology; American College of Allergy, Asthma, and Immunology; and the Canadian Society for Allergy and Clinical Immunology. The journal of allergy and clinical immunology. In practice, 9(1), 22–43.e4.



Gouvernement du Québec. (2021). Allergies alimentaires. Repéré à :

https://www.quebec.ca

Keet Corinne et al. 2021. Food allergy in children: Prevalence, natural history, and monitoring for resolution. UptoDate.



Moore, A. (2020). American Academy of Allergy Asthma and Immunology. Prevention of Allergies and Asthma in Children. Repéré à:

https://prevention-of-allergies-and-asthma-in-children

PEN: The Global Ressource for Nutrition Practice. (2016). Food Allergy Prevention in Infants. Repéré à:

https://www.pennutrition.com/docviewer.aspx?id=12214

 

 

En collaboration avec les intervenantes du Dispensaire

Contenu qui pourrait vous interesser

Commentaires

Suivez-nous

1,910FansLike
64FollowersFollow
15SubscribersSubscribe

DERNIERS AJOUTS

PRINCIPAUX PARTENAIRES
PARTENAIRES

Slide Slide Slide Slide Slide