Nourrir la vie Un programme du Dispensaire | La référence en nutrition périnatale, de la grossesse au nourrisson.

Puis-je allaiter après une réduction mammaire?

Publié le :
Par : L’équipe de nutritionnistes de Nourrir la vie | Dispensaire diététique de Montréal

Une réduction mammaire peut compliquer l’allaitement, voire l’empêcher dans de rares cas.

Toutefois, les avis des chercheurs sur le risque de ne plus pouvoir allaiter après une telle intervention chirurgicale divergent. Ce risque varierait entre 10 et 80 % selon les études.

Ce qu’implique une réduction mammaire

Toutes les interventions de réduction mammaire impliquent le retrait de tissu glandulaire. Or, ce tissu est responsable de la production de lait maternel et de son acheminement au mamelon par les canaux lactifères. En diminuant la quantité de tissu glandulaire, il est plus probable de noter :

  • une diminution ou une absence de production de lait;
  • une difficulté ou une impossibilité de transporter le lait jusqu’au mamelon.

De plus, certaines interventions endommagent les nerfs qui stimulent l’éjection du lait lors de l’allaitement. Dans ce cas, même si le sein continue de produire suffisamment de lait, il ne pourra plus être acheminé jusqu’au mamelon.

Conseils avant de procéder à une réduction mammaire

Le Dispensaire recommande aux femmes qui désirent une réduction mammaire de discuter tout d’abord des risques de l’intervention avec le chirurgien.

Pour maximiser les chances d’allaiter, toute femme qui désire une réduction mammaire peut :

  • Attendre d’avoir des enfants et d’avoir terminé la période d’allaitement avant de subir une telle intervention;
  • Favoriser certaines techniques chirurgicales qui minimisent le risque de complications lors de l’allaitement, notamment :
    • la liposuccion;
    • les techniques qui gardent le mamelon et l’aréole liés au tissu glandulaire durant l’intervention.

Ces techniques permettent de conserver une quantité acceptable de tissu glandulaire, de canaux lactifères sans endommager les nerfs qui permettent l’éjection du lait.

  • refuser l’intervention de type « amputation avec greffe libre » au cours de laquelle le chirurgien détache complètement l’aréole et le mamelon du tissu glandulaire et des canaux lactifères pour changer leur position sur le sein. Cette technique endommage gravement les nerfs, les veines et les canaux lactifères. Aussi, elle compromet sérieusement la capacité d’allaitement.

Supplémentation

Selon les études, la majorité des femmes qui réussissent à allaiter après avoir subi une réduction mammaire doivent supplémenter leur lait maternel avec une préparation commerciale pour nourrissons pour subvenir adéquatement aux besoins du nourrisson.

Difficulté à produire du lait après la réduction mammaire… que faire?

Les bienfaits de l’allaitement vont au-delà de ceux du lait maternel. La simple action d’allaiter renforce le lien d’attachement entre le bébé et sa maman. Ainsi, si maman ne peut plus produire de lait après la chirurgie ou qu’elle n’en produit que partiellement, elle peut tout de même simuler l’allaitement en utilisant un dispositif qui fournira de la préparation commerciale pour nourrisson au bébé lorsqu’il tétera le sein.

Un suivi avec une consultante en allaitement

Toute femme allaitante qui a subi une réduction mammaire devrait être suivie par une consultante en allaitement. Cette professionnelle de la santé s’assurera que l’allaitement répond aux besoins du nourrisson et pourra enseigner à la maman comment utiliser un dispositif d’aide à la lactation (DAL) au besoin.