Nourrir la vie Un programme du Dispensaire | La référence en nutrition périnatale, de la grossesse au nourrisson.

Est-ce que toutes les femmes enceintes ont besoin d’un supplément d’oméga-3?

Publié le :
Par : L’équipe de nutritionnistes de Nourrir la vie | Dispensaire diététique de Montréal
— Mis à jour le :

Non. Un supplément d’oméga-3 n’est pas recommandé chez toutes les femmes enceintes. L’évaluation complète par une nutritionniste de l’alimentation et des facteurs de risques chez la mère est nécessaire pour évaluer la pertinence d’utiliser un tel supplément.

Un supplément d’huile de poisson ne doit pas être considéré comme un substitut à la consommation de poisson ou d’aliments riches en oméga-3. Pour en savoir davantage sur les oméga-3 dans les aliments, cliquez ici. Comme pour tous les suppléments, la prise d’oméga-3 doit être évaluée et supervisée par un professionnel de la santé, en considérant l’ensemble des impacts que cela peut avoir sur la santé de femme enceinte.

Dans les dernières années, un intérêt particulier s’est porté sur les omégas-3 et leur possible impact bénéfique à diminuer le risque de certaines conditions liées à la santé durant la grossesse telles que * l’accouchement prématuré, le développement neurologique de l’enfant, une naissance de petit poids, la prééclampsie, le diabète de grossesse ou la dépression post-partum. Suite à une revue des différentes études sur le sujet, il est à retenir que :

  • Il y a un vrai bénéfice sur le développement neurologique du fœtus, à consommer des oméga-3 sous forme de poisson durant la grossesse. Pour en savoir plus sur quels types de poissons choisir durant la grossesse, cliquer ici.
  • Des effets positifs ne sont pas démontrés pour les conditions mentionnées ci-haut (*) avec la prise d’un supplément d’oméga-3.
  • Dans les cas d’une grossesse à risque élevé, la prise d’un supplément d’oméga-3 aurait un faible effet positif sur le poids de naissance et le risque de prématurité, mais d’autres études sont nécessaires.
  • Dans la majorité des grossesses, il n’y a pas d’avantages à prendre un supplément d’oméga-3, mais il n’y a pas non plus d’inconvénient ou de risques pour la femme enceinte et l’enfant.

Il semble que ce soit la consommation d’oméga-3 dans le poisson qui soit le plus bénéfique à la santé. Bien que d’autres recherches soient nécessaires pour bien comprendre le mécanisme, il se pourrait que ce soit la combinaison des oméga-3 avec d’autres nutriments présents dans le poisson qui soit le plus favorable.

Au Dispensaire diététique de Montréal, la prise d’un supplément d’huile de poissons peut être recommandée dans le cadre d’un plan de traitement établi et suivi par la nutritionniste, et ce, dans certaines situations:

  • Apport très faible en oméga-3 : faible consommation de poisson, de fruit de mer et de sources végétales (noix de Grenoble, graine de lin, etc.).
  • Risque élevé d’accouchement prématuré ou restriction de la croissance intra-utérine sévère : historique d’accouchement avant terme, signes de travail précoce, stress très important.
  • La présence de certains facteurs de risque peut aussi justifier la pertinence de la prise d’un supplément d’oméga-3, selon le jugement du professionnel de la santé. Pour en savoir plus sur les facteurs de risques durant la grossesse, cliquer ici.

Pour les femmes ayant une grossesse à faible risque, il n’y a pas d’intérêt à prendre un supplément d’oméga-3. La recommandation est de consommer 200 à 350 g de poisson cuit par semaine pour rencontrer les besoins durant la grossesse. Pour savoir quels sont les poissons à consommer durant la grossesse, cliquer ici.

Bien que les suppléments d’huile de poissons soient relativement sécuritaires durant la grossesse, ils sont déconseillés chez la femme enceinte qui présente des saignements et qui prend un anticoagulant (médicament pour rendre le sang moins épais), comme le coumadin ou l’héparine. L’huile de foie de morue est aussi non recommandée pour toutes les femmes enceintes due à sa forte teneur en vitamine A. Pour en savoir plus sur les effets de la vitamine A sur le fœtus, cliquer ici. Pour vous informer davantage sur comment choisir un supplément d’oméga-3, cliquer ici. Dans tous les cas, avant de choisir un supplément, consulter le pharmacien et/ou un professionnel de la santé.

Références

  • Abrams, S. (2015). Omega-3 long chain polyunsaturated fatty acids (LCPUFA) for preterm and term infants. UpToDate.
  • Bernardi, J. R., de Souza Escobar, ER. Ferreira, C. F., et Silveira, P. P. (2012). Fetal and neonatal levels of omega-3 : effects on neurodevelopment, nutrition and growth. The Scientific World Journal, 2012: 1-9. Relevé à: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23125553
  • Fields, C. J. (2015). DHA in Maternal and Child Health. Division of Nutrition, University of Alberta. Alberta: Canada.
  • FDA: U.S. Food and Drug Administration. (2014). Fish: What pregnant women and parents should know. FDA: U.S. Food and Drug Administration & EPA: United States Environmental Protection Agency. Relevé à: http://www.fda.gov/Food/FoodborneIllnessContaminants/Metals/ucm393070.htm
  • Fondation OLO. (2012). La consommation d’acides gras omega-3 dans le contexte OLO : la position du comité scientifique. Relevé à : http://fondationolo.ca/wp-content/uploads/2014/09/2012-05-11positioncomitescientifiqueoloomega3.pdf
  • Gould, J. F., Smithers, L. G. et Makrides, M. (2013). The effect of maternal omega-3 (n-3) LCPUFA supplementation during pregnancy on early childhood cognitive and visual development: a systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials. The American Journal of Clinical Nutrition. 97: 531-44. Relevé à: http://ajcn.nutrition.org/content/97/3/531.short
  • Gunaratne, A.W., Makrides, M. et Collins, C.T. (2015). Maternal prenatal and/or postnatal n-3 long chain polyunsaturated fatty acids (LCPUFA) supplementation for preventing allergies in early childhood (Review). Cochrane Library, 7. Relevé à: http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/14651858.CD010085.pub2/pdf/abstract
  • Imhoff-Kunsh, B. (2011). Supplémentation en huiles d’origine marine pendant la grossesse et situation sanitaire de la mère et du nouveau-né. Organisation Mondiale de la Santé. Relevé à : http://www.who.int/elena/titles/commentary/fish_oil_pregnancy/fr/
  • Martin, B., Perreault, M., Thériault-Dubé, I. (2007). Les oméga-3 en périnatologie. Québec Pharmacie, 54(7), 6-9.
  • Meldrum, S., Dunstan, J. A., Foster, J.K., Simmer, K. et Prescott, S.L. (2015). Maternal fish oil supplementation in pregnancy : A 12 year follow-up of a randomized controlled trial. Nutrients, 7: 2061-2067. Relevé à: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25803546
  • Oken, E. (2015). Fish consumption during pregnancy. UpToDate.
  • Oken, E. (2016). Fish consumption and omega-3 long chain polyunsaturated fatty acid supplementation during pregnancy. UpToDate.
  • PEN : Practice-based Evidence in Nutrition. (2015). Is there evidence to support a benefit for taking omega-3 fatty acids supplements during pregnancy?. PEN : Practice-based Evidence in Nutrition.
  • Saccone, G., Saccone, I. et Berghella, V. (2015). Omega-3 long chain polyunsaturated fatty acids and fish oil supplementation during pregnancy: which evidence?. The Journal of Maternal-Fetal & Neonatal Medcine, 1-9. Relevé à: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26382010
  • Saccone, G. & Berghella, V. (2015). Omega-3 long chain polyunsaturated fatty acids to prevent preterm birth: a systematic review and meta-analysis. Obstetrics & Gynecology, 125(3): 663-672. Relevé à: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25730231
  • Santé canada. (2009). Le poisson et les acides gras oméga-3, Lignes directrices sur la nutrition pendant la grossesse à l'intention des professionnels de la santé. Repéré à : http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/pubs/nutrition/omega3-fra.php
  • Wenstrom, K. (2014). The FDA’s new advice on fish: it’s complicated. American Journal of Obstetrics & Gynecology, 211(5), 475-478. Relevé à: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25072735

Catégories:

L’Agence de la santé publique du Canada a contribué financièrement à la production de Nourrir la vie.

Les vues exprimées ici ne reflètent pas nécessairement la position officielle de l’Agence de la santé publique du Canada.