Nourrir la vie Un programme du Dispensaire | La référence en nutrition périnatale, de la grossesse au nourrisson.

Suis-je à risque d’une fausse couche?

Publié le :
Par : L’équipe de nutritionnistes de Nourrir la vie | Dispensaire diététique de Montréal
suis-je-a-risque-dune-fausse-couche

Le risque de fausse couche est augmenté chez certaines femmes ayant  de mauvaises habitudes de vie ou certaines anomalies liées au système reproducteur.

Les mauvaises habitudes de vie pouvant entraîner des fausses couches sont le tabagisme, la consommation d’alcool, de drogues et la consommation excessive de café par jour. De plus, une femme qui présente une ou plusieurs des conditions suivantes est plus à risque de faire une fausse couche :

  • Histoire de fausse couche à des grossesses précédentes
  • Souffre d’une maladie chronique : lupus, maladie rénale, diabète, thyroïdite
  • Tumeurs bénignes sur l’utérus (fibrome)
  • Malformations utérines
  • Anomalies du placenta ou des ovules
  • Anomalies génétiques ou hormonales
  • Infection au début de la grossesse : rubéole, listériose, chlamydia
  • Agée de plus de 30 ans
  • Traitement d’infertilité

Il est très rare que le stress ou une chute causent une fausse couche.

La fausse couche, aussi appelée avortement spontané, se produit lorsque l’embryon ou le fœtus décède au cours du premier trimestre. Une cause commune d’un avortement spontané est le développement anormal de l’embryon, de sorte que le corps l’expulsera «naturellement». La majorité des fausses couches surviennent avant même que la femme ne sache qu’elle soit enceinte. La fausse couche est alors confondue avec les menstruations.

Plus de 98 % des fausses couches surviennent avant la 20e semaine de grossesse et environ 15 % des femmes en souffriront. Des fausses couches récurrentes c’est-à-dire à 3 reprises et plus affectent 1 % des femmes.

Les signes d’une fausse couche sont de fortes douleurs abdominales, des saignements avec souvent des caillots sanguins. Il n’a pas nécessairement lieu de s’inquiéter s’il y de faibles saignements au début de grossesse, car cela peut être normal. Mais il demeure important de consulter le médecin traitant dès qu’il y a des saignements.

La perte d’une enfant en cours de grossesse représente un deuil et une étape qui peut être difficile à vivre pour des parents. La ressource suivante, Parents orphelins4, peut venir en aide à ces familles.

Références

  • Regan, L. et Rai, R. (2000). Epidemiology and the medical causes of miscarriage. Baillière's Clinical Obstetrics and Gynaecology, 14(5), 839-854.
  • Regan, L. et Rai, R. (2006). Reccurent miscarriage. Lancet, 368, 601–611.

Catégories:

L’Agence de la santé publique du Canada a contribué financièrement à la production de Nourrir la vie.

Les vues exprimées ici ne reflètent pas nécessairement la position officielle de l’Agence de la santé publique du Canada.