Nourrir la vie Un programme du Dispensaire | La référence en nutrition périnatale, de la grossesse au nourrisson.

Pourquoi la consommation de certains fruits de mer constitue un risque pour la grossesse ?

Publié le :
Par : L’équipe de nutritionnistes de Nourrir la vie | Dispensaire diététique de Montréal
— Mis à jour le :
Utilisé_oyster-989182_1920

Certains fruits de mer peuvent contenir des bactéries dangereuses pour la femme enceinte. Une attention particulière doit ainsi être portée à leur salubrité. Comme certains fruits de mer peuvent avoir une teneur plus élevée en mercure, la quantité et le type de fruits de mer consommés doivent aussi être pris en considération.

Vu leur richesse en éléments nutritifs bénéfiques pour la femme enceinte et son bébé, les fruits de mer ne sont pas à exclure de l’alimentation de la femme enceinte. Par contre, ceux contenant des quantités élevées de mercure sont à éviter dû au potentiel toxique pour le cerveau du fœtus, ce qui pourrait causer des problèmes neurologiques à long terme.

Les fruits de mer qui contiennent une faible quantité de mercure sont les huîtres, les moules, le crabe, le homard, les palourdes, les pétoncles et les crevettes. Santé Canada recommande deux portions de poisson (pour les oméga-3) à faible teneur en mercure par semaine. Bien que les fruits de mer ne contiennent pas autant d’oméga-3 que le poisson, il est possible de varier le menu en remplaçant le poisson par des fruits de mer.

De plus, des bactéries peuvent se loger dans les fruits de mer, dont certains sont particulièrement dangereux pour les femmes enceintes : Listeria, E. Coli, Salmonelle et Vibrio. Ces micro-organismes, qui contaminent notamment les huîtres, les moules et les palourdes, peuvent provoquer une intoxication alimentaire. Une intoxication alimentaire grave peut affecter le fœtus des manières suivantes : retard de croissance intra-utérin, malformations, accouchement prématuré. Avant de consommer des fruits de mer, il faut s’assurer de leur salubrité et innocuité (qu’ils ne soient pas toxiques).

En résumé

  • S’assurer de la fraîcheur des fruits de mer
    • Ceux dont la coquille est ouverte avant la cuisson et ceux dont elle est restée fermée après la cuisson doivent être jetés.
    • Ne pas consommer le tomalli (substance verte dans la cavité du homard), car il peut contenir des toxines naturelles et des contaminants.
    • Réfrigérer ou congeler les fruits de mer dès le retour de l’épicerie.
  • Utiliser une température cuisson adéquate pour éliminer les bactéries: 74 oC (165 oF)
  • Éviter de consommer des fruits de mer crus.
  • Faire ses achats de fruits de mer auprès d’un fournisseur de confiance.
  • Éviter l’autocueillette sans avoir au préalable vérifié que le secteur où se trouvent les fruits de mer est ouvert à la récolte, afin d’éviter les biotoxines.

Pour en savoir plus sur quels fruits de mer peuvent être consommés en toute sécurité pendant la grossesse, consultez l’édition suivante.