Nourrir la vie Un programme du Dispensaire | La référence en nutrition périnatale, de la grossesse au nourrisson.

Puis-je consommer du soya pendant ma grossesse?

Publié le :
Par : L’équipe de nutritionnistes de Nourrir la vie | Dispensaire diététique de Montréal

Oui. La consommation de soya n’est liée à aucun effet néfaste chez l’humain. Il est tout de même recommandé d’en consommer avec modération pendant la grossesse.

Tofu, tempeh, fèves edamames, protéines végétales texturés, yogourts et boissons végétales… On retrouve le soya sous plusieurs formes et ses différents produits dérivés ont définitivement gagné en popularité dans les dernières années.

Le  soya aurait plusieurs bienfaits 

En plus d’être une source de protéines économique, la fève de soya pourrait possiblement posséder plusieurs bienfaits pour la santé, notamment la diminution des risques d’ostéoporose, de maladies cardiovasculaires, de cancer du sein ainsi que la diminution des symptômes de la ménopause. Ces avantages pourraient en effet être attribués aux phytœstrogènes, des composés contenus dans les produits à base de soya qui sont semblables à une hormone sexuelle féminine appelée l’œstrogène.

Ce sont ces mêmes phytoestrogènes toutefois, qui sont à l’origine de la controverse liée à la consommation de soya. En effet, des études chez les animaux rapportent certains effets négatifs lié à la consommation de ceux-ci. Cependant, les études faites chez l’humain ne présentent pas les mêmes conclusions. Contrairement aux animaux, il n’y a pas d’effet négatif lié à la consommation de phytoestrogènes chez l’humain.

Les recommandations concernant le soya et la grossesse

Par contre, les recommandations par rapport à la consommation de soya durant la grossesse diffèrent d’un pays à l’autre. Par exemple, en France, les recommandations sont plus conservatrices; on recommande de limiter la consommation à un produit à base de soya par jour. Toutefois, la majorité des instances gouvernementales (Canada, Australie, États-Unis, etc.) ne suggèrent pas de restreindre la consommation d’aliments à base de soya.

Il est à noter, par contre, que la prise de suppléments de phytœstrogènes elle est déconseillée, car ceux-ci contiennent des quantités importantes de ce composé et les effets des suppléments sont méconnus chez la femme enceinte.

En conclusion, mieux vaut varier l’alimentation tel que recommandé dans le guide alimentaire canadien. En alternant le soya avec les autres sources de protéines tel les œufs, le beurre d’arachide, les légumineuses, les noix, la viande, la volaille et le poisson, on peut ainsi profiter des bienfaits du soya tout en évitant de consommer de grandes quantités de phytoestrogènes.