Nourrir la vie Un programme du Dispensaire | La référence en nutrition périnatale, de la grossesse au nourrisson.

Comment prévenir ou soulager la constipation durant la grossesse ?

Publié le :
Par : L’équipe de nutritionnistes de Nourrir la vie | Dispensaire diététique de Montréal
— Mis à jour le :
prevenir-constipation-grossesse

Augmenter l’apport en fibres et en eau, pratiquer davantage d’activités physiques et adopter une routine intestinale peuvent aider à prévenir ou soulager la constipation.

La constipation est un inconfort fréquent chez les femmes enceintes. Cet inconfort est souvent le résultat des hormones produites pendant cette période, qui ralentissent le transit (mouvement) intestinal et augmentent l’absorption d’eau.

La constipation se définit par des selles sèches (dures) et difficiles à évacuer et non par la fréquence d’élimination. Ainsi, une femme qui va à la selle aux 2 jours, mais évacue facilement des selles molles, ne souffre pas de constipation.

Chez certaines femmes, le supplément de fer peut contribuer à la constipation. Ce phénomène peut amener la femme à cesser le supplément de fer, ce qui est fortement déconseillé en présence d’anémie. Pour réduire ou éviter la constipation, certaines mesures peuvent être prises pour encourager un bon transit intestinal.

Les fibres

Les fibres insolubles se gorgent d’eau dans l’intestin ce qui donne du volume aux selles et stimulent leur passage dans le tube digestif. Elles se retrouvent dans les aliments suivants : son de blé, aliments à base de grains entiers, légumes tels le chou et le brocoli, les fruits, les noix et les graines et les légumineuses (haricots rouges, lentilles, pois chiches, etc.).

Les fibres solubles attirent l’eau dans les selles et forment un gel. Elles sont prébiotiques, c’est-à-dire qu’elles servent de nourriture pour les bonnes bactéries de l’intestin, nommées probiotiques, qui favorisent la régularité du mouvement intestinal. Les principales sources de fibres solubles sont : les céréales et le son d’avoine, l’orge, les fruits riches en pectines (pommes, agrumes, fraises, poires, etc.), les légumes (asperges, haricots et pois verts, choux de Bruxelles, carottes, etc.), la graine de lin, la graine de chia et les légumineuses.

Au Dispensaire, la graine de lin moulue est aussi utilisée auprès des mères pour diminuer la constipation, à raison de 1 à 2 cuillères à table (15-30 ml) par jour, bues avec 150 ml d’eau ou incorporées dans le gruau, les céréales ou le yogourt, par exemple. Toutefois, la graine de lin peut être déconseillée en présence de certains problèmes gastro-intestinaux (ex : syndrome du côlon irritable, maladie de crohn, maladies inflammatoires de l’intestin).

Attention! Il est important d’augmenter l’apport en fibres de manière graduelle en combinaison avec une augmentation de l’apport en eau. En effet, l’augmentation de l’apport en fibres entraîne une augmentation du volume des selles. Toutefois, s’il n’y a pas un bon apport en eau, les selles seront sèches et dures, ce qui accentuera la constipation. Une urine claire au courant de la journée représente le meilleur signe qui indique une bonne hydratation.

L’activité physique

Les activités physiques aident à augmenter les mouvements intestinaux. Chez les femmes enceintes, il est recommandé de faire 30 minutes d’activité physique d’intensité modérée au moins 3 à 4 jours par semaine s’il n’y a pas de contre-indication. Il est important d’augmenter progressivement l’intensité et la durée de l’activité physique selon l’état de santé. Pour en savoir davantage sur l’activité physique pendant la grossesse, consultez l’article suivant.

Adopter une routine intestinale

Certains comportements aident à la régularité des selles, tel que se développer une routine pour aller à la selle : s’asseoir à la toilette (même si au départ l’envie ne se fait pas sentir) chaque jour à la même heure après un repas et éviter de se retenir lorsque le besoin se fait sentir.

Constipation reliée au supplément de fer

Si la constipation semble être reliée au supplément de fer, les stratégies ci-dessus aident aussi à cet effet secondaire. Ces stratégies doivent être tentées plutôt que de cesser le supplément. Favoriser une meilleure absorption du fer peut aussi diminuer les symptômes gastro-intestinaux reliés au supplément. Pour en savoir plus, consultez l’article suivant.

Si toutes ces mesures ne sont pas suffisantes, avant de se tourner vers les laxatifs, il faut absolument consulter le médecin traitant.

Références

  • Bradley, C.S., Kennedy, C.M., Turcea, A.M., Rao, S.S.C. et Nygaard, I.E. (2007) Constipation in pregnancy. Prevalence, Symptoms and Risk Factors. Obstetrics and Gynecology, 110(6), 1351-1357.
  • Cullen, G. et O’Donoghue, D. (2007) Constipation and pregnancy. Best Practice & Research Clinical Gastroenterology, 21(5), 807-818.
  • Derbyshire, E., Davies, J., Costarelli, V., Dettmar, P. (2006) Diet, physical inactivity and the prevalence of constipation throughout and after pregnancy. Maternal and Child Nutrition, 2(3), 127-134.
  • Gibson, G. R., Roberfroid, M. B. (1995). Dietary modulation of the human colonic microbiota: introducing the concept of prebiotics. Journal of Nutrition, 125(6), 1401-12.
  • Hamza, O.B., Barbeau, C. et Caponi, É. (2000). Femmes enceintes. Ordre professionnel des diététistes du Québec.

Catégories:

L’Agence de la santé publique du Canada a contribué financièrement à la production de Nourrir la vie.

Les vues exprimées ici ne reflètent pas nécessairement la position officielle de l’Agence de la santé publique du Canada.