Nourrir la vie Un programme du Dispensaire | La référence en nutrition périnatale, de la grossesse au nourrisson.

Est-ce que le poids avant la grossesse est un facteur de risque de faible poids et de prématurité chez le bébé ?

Publié le :
Par : L’équipe de nutritionnistes de Nourrir la vie | Dispensaire diététique de Montréal

Oui. Les deux extrêmes de poids avant la grossesse, soit le faible poids ou l’obésité définis par un indice de masse corporelle de moins de 18.5 kg/m2 et 30 kg/m2 et plus respectivement, sont des facteurs de risque de petit poids et prématurité, car ils augmentent l’incidence de certaines complications médicales.

Pour en savoir plus sur les conséquences de prématurité et faible poids à la naissance, cliquer ici.

L’indice de masse corporelle (IMC) est un outil utilisé afin de classer le poids corporel en fonction du risque pour la santé. Pour en savoir plus sur comment calculer l’IMC, cliquer ici.

D’autres facteurs de nature anthropométrique (mesures prises sur la personne, comme le poids ou la taille) sont des facteurs de risque de faible poids et de prématurité. Ils sont détaillés dans le tableau suivant.

Facteurs anthropométriques Faible poids à la naissance Prématurité
IMC < 18,5 (faible poids avant la grossesse) X X
IMC ≥ 30 (obésité avant grossesse) X
Faible gain de poids pendant la grossesse X X
Gain de poids trop élevé pendant la grossesse X

Faible poids ou maigreur avant la grossesse

Les bébés nés de femmes ayant un indice de masse corporelle inférieur à 18,5 (maigreur avant la grossesse) sont plus susceptibles de naître trop petits. Il est difficile de savoir si un faible poids uniquement ou d’autres facteurs associés au faible poids comme le statut socioéconomique, la race etc. sont les causes de la prématurité. Un statut nutritionnel déficient à la conception pourrait aussi contribuer à l’augmentation du risque pour ces femmes.

Obésité avant la grossesse

Un IMC élevé prédispose davantage à certaines conditions médicales telles le diabète de grossesse, l’hypertension et la prééclampsie. Ces conditions peuvent conduire à une naissance prématurée induite de façon médicale, c’est-à-dire une grossesse interrompue pour des raisons médicales. Ce risque est d’autant plus élevé si la prise de poids est trop élevée (par rapport aux recommandations) chez une femme enceinte déjà obèse.

Faible gain de poids pendant la grossesse

Un faible gain de poids durant la grossesse est fortement associé avec un faible poids à la naissance et à un risque de prématurité et cela indépendamment du poids avant la grossesse.  Le gain faible de poids pendant la grossesse peut être un signe de carences nutritionnelles qui peuvent causer un faible poids ou une naissance prématurée.

Gain de poids trop élevé pendant la grossesse

Un gain de poids trop élevé n’est pas aussi constamment associé à un risque de prématurité. Les études sont divisées sur le sujet. Cependant, un gain de poids excessif peut causer un risque de macrosomie et augmente les risques de césariennes.

Quoi faire dans les cas de maigreur ou d’obésité avant la grossesse ?

Avoir un bon poids avant même la conception et un bon gain de poids durant la grossesse peut diminuer les risques de prématurité. Dans les cas d’obésité, une perte de poids en adoptant des saines habitudes de vie et alimentaires peut contribuer à avoir une grossesse en santé. Il est encouragé d’atteindre un poids normal (IMC entre 18.5 à 24.9) avant la conception.

Les femmes enceintes présentant ces facteurs de risque bénéficieraient grandement d’un suivi avec une nutritionniste pour assurer un gain de poids optimal. Pour en savoir plus sur comment éviter ou diminuer les facteurs de risques, cliquer ici.

Des facteurs psychosociaux peuvent aussi augmenter les risques de faible poids et de prématurité chez le nouveau-né, pour en savoir plus, cliquer ici.

Références

  • Ehrenberg, H.M., Dierker, L., Milluzzi, C., Mercer, B. Low maternal weight, failure to thrive in pregnancy, and adverse pregnacy outcomes. American Journal of Obstetrics & Gynecology, 189(6), 1726-1730.
  • Institut canadien d’information sur la santé. (2009). Nés trop vite et trop petits : Étude sur les bébés de faible poids au Canada. Repéré à : https://secure.cihi.ca/free_products/too_early_too_small_fr.pdf
  • Institute of health economics. (2008). Alberta, Canada. Determinants and prevention of low birth weight: a synopsis of the evidence. Alberta: Institute of health economics.
  • Macones, G. (2016). Weight gain and loss in pregnancy. UpToDate.
  • Norh, E.A., Bech, B.H., Vaeth, M. et coll. (2007). Obesity, gestationnal weight gain and preterm birth : a study within the Danish National Birth Cohort. Paediatric and Perinatal Epidemiology, 21, 5-14.
  • Robinson, J. N. & Norwitz, E. R. (2016). Preterm birth: Risk factors and interventions for risk reduction. UpToDate.

Catégories:

L’Agence de la santé publique du Canada a contribué financièrement à la production de Nourrir la vie.

Les vues exprimées ici ne reflètent pas nécessairement la position officielle de l’Agence de la santé publique du Canada.