Nourrir la vie Un programme du Dispensaire | La référence en nutrition périnatale, de la grossesse au nourrisson.

Le miel est-il sécuritaire pour les bébés?

Publié le :
Par : L’équipe de nutritionnistes de Nourrir la vie | Dispensaire diététique de Montréal
2 pots de miel

La consommation de miel, pasteurisé ou non, représente un danger pour les nourrissons de moins de 12 mois.

Dans le miel se cache parfois la bactérie Clostridium botulinum (C. botulinum), sous sa forme la plus résistante, appelée « spore ». Les spores survivent très bien à la chaleur, y compris à la pasteurisation. Dès que les conditions de leur environnement sont favorables, comme c’est le cas dans l’intestin, elles se développent et libèrent un poison nommé « toxine ». À partir de l’âge de 12 mois, toute personne en santé possède, dans son intestin, suffisamment de bonnes bactéries pour combattre le C. botulinum avant qu’il ne produise des toxines.

Par contre, avant l’âge de 12 mois, le nourrisson a un système digestif immature, incapable d’empêcher la bactérie dangereuse de se développer et de sécréter son poison. Ce dernier peut malheureusement entraîner la paralysie et même la mort.

Les premiers signes se manifestant chez le nourrisson intoxiqué apparaissent au cours des 6 à 36 heures suivant l’ingestion du miel contaminé. Ils comprennent :

  • La constipation (aucune selle durant au moins trois jours consécutifs);
  • Un affaiblissement qui peut se manifester par une difficulté à soutenir sa tête et même à pleurer;
  • Une sécheresse buccale;
  • L’absence d’expression au niveau du visage;
  • Une difficulté à téter, à avaler et à respirer.

Si une intoxication alimentaire au C. botulinum est soupçonnée chez le nourrisson, il faut immédiatement composer le 9-1-1.

Ainsi, le miel sous toutes ses formes, pasteurisé ou non, ne doit jamais être offert à un bébé de moins de 12 mois. En d’autres mots, il faut :

  • Vérifier la liste des ingrédients de tout produit acheté à l’épicerie (ex. : biscuits, yogourts, pains, etc.) qui sera offert au nourrisson, pour s’assurer que le miel n’y figure pas;
  • Éviter d’incorporer du miel dans les recettes préparées pour le nourrisson, peu importe si la quantité requise est faible ou si la recette nécessite une cuisson. Heureusement, le sucre sous d’autres formes (ex. : sucre blanc, cassonade, sirop d’érable) peut servir de substitut au miel dans la plupart des recettes qui demandent cet ingrédient;
  • D’une façon ou d’une autre, le Dispensaire recommande d’éviter le sucre ajouté chez les nourrissons de moins de 12 mois. À partir de cet âge, le miel et les autres sucres devraient être limités.

Une mise en conserve non adéquate risque d’engendrer les mêmes conséquences, et ce, même chez l’adulte en santé. Pour en savoir plus sur le botulisme, consulter l’article Qu’est-ce que le botulisme ?. Pour en savoir plus sur la mise en conserve sécuritaire, consulter l’article Comment mettre des aliments en conserve de façon sécuritaire? (à venir).