Nourrir la vie Un programme du Dispensaire | La référence en nutrition périnatale, de la grossesse au nourrisson.

L’introduction trop précoce des aliments complémentaires représente-t-elle des risques pour le nourrisson?

Publié le :
Par : L’équipe de nutritionnistes de Nourrir la vie | Dispensaire diététique de Montréal
— Mis à jour le :
introduire-aliments-complementaires-avant-4-mois

Oui. Les aliments complémentaires devraient être introduits vers l’âge de 6 mois. L’introduction précoce (avant l’âge de 4 mois) peut présenter certains risques pour la santé du bébé.

Entre l’âge de 4 à 6 mois, le développement du nourrisson atteint un stade où l’introduction des aliments peut débuter en complément à l’allaitement ou aux préparations commerciales. Toutefois, l’allaitement exclusif jusqu’à l’âge de 6 mois est fortement recommandé pour maximiser les bienfaits du lait maternel sur la santé du bébé et de la mère. De plus, c’est à l’âge de 6 mois que le développement de l’enfant est plus optimal pour lui permettre de commencer à manger. Dans cette optique, il est préférable d’introduire les aliments complémentaires seulement vers l’âge de 6 mois.

Puisque les bébés ne se développent pas tous au même rythme il est particulièrement important que ce dernier démontre tous les signes qu’il est prêt à manger. Pour en savoir davantage sur ces signes, cliquez ici. Pour vous informer sur l’âge d’introduction des aliments complémentaires chez un bébé prématuré, cliquez ici.

Si l’introduction des solides débute trop tôt, c’est-à-dire avant l’âge de 4 mois, certaines problématiques peuvent survenir:

  • Les fonctions digestives et rénales du nourrisson ne sont pas assez matures pour assimiler de manière adéquate les aliments complémentaires. Le nourrisson n’a pas assez de salive et d’enzymes pour digérer adéquatement la nourriture.
  • Les aliments risquent de prendre la place du lait maternel ou des préparations commerciales au lieu de les compléter. Cela peut nuire à la croissance de l’enfant.
  • Le système immunitaire n’est pas encore assez mature, ce qui augmente les risques de développer des allergies alimentaires.
  • Le système neuromusculaire n’est pas suffisamment développé pour permettre de réels mouvements de mastication. Avant l’âge de 6 mois, le nourrisson peut seulement téter, sucer et avaler.

Le lait maternel ou les préparations commerciales doivent ensuite demeurer l’aliment de base jusqu’à l’âge d’environ 9 mois. Ceci dit, l’allaitement doit se poursuivre autant de fois que bébé le demande. Pour les préparations commerciales, bébé doit continuer à boire au moins 750 ml par jour. Après cet âge, diminuer graduellement la quantité de lait maternel ou de la préparation lactée pour laisser plus de place aux aliments qui devraient être prioritaires à l’âge de 12 mois.

Pour en connaître davantage sur les risques associés à l’introduction des aliments complémentaires après l’âge de 6 mois, consulter l’article suivant.