Nourrir la vie Un programme du Dispensaire | La référence en nutrition périnatale, de la grossesse au nourrisson.

Est-ce qu’une infection ou un virus chez la mère est un facteur de risque de faible poids ou de prématurité chez le bébé ? Et y a-t-il d’autres conditions médicales ?

Publié le :
Par : L’équipe de nutritionnistes de Nourrir la vie | Dispensaire diététique de Montréal

Oui pour certaines infections ou virus. Il est estimé que le tiers des naissances prématurées seraient causées par des infections. Parmi celles étudiées, on retrouve la malaria, la syphilis, la gonorrhée, les infections urinaires, les infections vaginales bactériennes, à toxoplasmose et à trichomonas (levure) et les infections des gencives.

Pour en savoir plus sur les conséquences de prématurité et faible poids à la naissance, cliquer ici.

D’autres facteurs médicaux peuvent mettre le bébé à risque d’un faible poids à la naissance ou de naître prématurément. Ces facteurs de risque sont regroupés dans le tableau suivant.

Facteurs médicaux Faible poids à la naissance Prématurité
Infections bactériennes et virus non traitées X X
Prééclampsie (hypertension gravidique) X X
Diabète X X
Anormalités de l’utérus X X
Anormalités du placenta X X
Médicaments X X
Infertilité et fertilisation in vitro X X
Traumatisme (fracture du pelvis, blessure sévère au crâne, etc.) X X

Infections non traitées

Les infections bactériennes vaginales sont fréquentes pendant la grossesse (12 à 22 %) et sont associées à une plus grande prématurité (âge moyen de 32 semaines). Les infections bactériennes peuvent provenir de maladies sexuellement transmissibles qui peuvent survenir même durant la grossesse. Certaines infections comme la chlamydia, gonorrhée, syphilis et trichomonas peuvent être traitées avec des antibiotiques. Mais dans le cas de certains virus comme l’herpès, le VIH ou l’hépatite B, ceux-ci ne peuvent être traitées. Le traitement des infections vaginales bactériennes durant la grossesse pourrait réduire le risque de prématurité.  Les bébés nés prématurément sont souvent de faible poids et certaines infections peuvent causer des complications durant la grossesse. D’autres infections pourraient également avoir un impact négatif, surtout les infections urinaires et les infections aux gencives. Toutes deux sont associées à une augmentation du risque de prématurité.

Il est important de se faire tester même en l’absence de symptômes pour les maladies sexuellement transmissibles et pour d’autres infections en présence de symptômes. Les symptômes incluent la fièvre, des brûlures ou inconforts vaginaux, des décharges vaginales ou enflures des ganglions lymphatiques. Pour éviter les risques d’infections, il est conseillé d’être dans une relation monogame à long terme et d’utiliser des méthodes de contraception adéquate.

Prééclampsie

La prééclampsie est associée à un risque accru de faible poids ou de prématurité probablement parce qu’elle réduit le flot sanguin qui se rend au fœtus. La quantité d’oxygène et de nutriments dont le bébé a besoin pour se développer est diminuée et peut donc causer une diminution de la croissance du fœtus. Grâce aux améliorations médicales et aux tests prénataux fréquemment effectués, les chances de survie du fœtus malgré cette condition sont meilleures depuis quelques années.

Diabète

Les femmes enceintes diabétiques (diabète préexistant ou gestationnel) sont plus à risque de faire la prééclampsie ou d’avoir un accouchement prématuré spontanément ou provoqué. Le risque est d’autant plus élevé lorsque le diabète est mal contrôlé.

Anomalies placentaires

Certaines anomalies placentaires, comme le placenta prævia (placenta dans la partie inférieure de l’utérus) est associé avec un risque plus important de prématurité qui à son tour augmente le risque de naissance de petit poids. Dans certains cas de placenta prævia, un accouchement prématuré spontané peut survenir ou un accouchement prématuré provoqué peut être indiqué pour la sécurité de l’enfant et de la mère.

Médicaments

Certains médicaments causent un retard de croissance intra-utérine. Les causes biologiques incluent la perte d’appétit liée à certains médicaments, les effets directs sur la croissance et plusieurs syndromes de malformations. La femme enceinte doit toujours informer son médecin et pharmacien de sa grossesse. Certains produits de santé naturels peuvent également augmenter le risque d’accouchement prématuré. Le médecin doit être consulté avant de prendre un produit de santé naturel.

Infertilité et fertilisation in vitro

L’infertilité occasionne un recours plus fréquent à la fécondation in vitro. La fertilisation in vitro est liée à la prématurité et au faible poids de naissance puisqu’elle prédispose aux naissances multiples et autres facteurs tels que l’âge avancé ou le poids avant la grossesse qui peuvent augmenter les risques. Plus de 50 % des jumeaux naissent prématurément et ce taux augmente avec le nombre de fœtus.

Pour en savoir plus sur comment éviter ou diminuer les facteurs de risques, cliquer ici.

Références

  • Ananth, C.V., Demissie, K., Smulian, J. C. & Vintzileos, A. M. (2001). Relationship among placenta previa, fetal growth restriction and preterm delivery: A population-based study. The American College of Obstetricians and Gynecologists, 98(2), 299-306.
  • Centers for Disease Control and Prevention. (2016). STDs during pregnancy – CDC Fact sheet. Repéré à: http://www.cdc.gov/std/pregnancy/stdfact-pregnancy.htm
  • Hillier, S.L., Nugent, R.P., Eschenbach, D.A. et coll. (2015). Association between bacterial vaginosis and preterm delivery of a low-birth-weight infant. New England Journal of Medicine, 333 (26), 1737-1742.
  • Institut canadien d’information sur la santé. (2009). Nés trop vite et trop petits : Étude sur les bébés de faible poids au Canada. Repéré à : https://secure.cihi.ca/free_products/too_early_too_small_fr.pdf
  • Institute of health economics. (2008). Alberta, Canada. Determinants and prevention of low birth weight: a synopsis of the evidence. Alberta : Institute of health economics.
  • Robinson, J. N. & Norwitz, E. R. (2016). Preterm birth: Risk factors and interventions for risk reduction. UpToDate.

Catégories:

L’Agence de la santé publique du Canada a contribué financièrement à la production de Nourrir la vie.

Les vues exprimées ici ne reflètent pas nécessairement la position officielle de l’Agence de la santé publique du Canada.