Nourrir la vie Un programme du Dispensaire | La référence en nutrition périnatale, de la grossesse au nourrisson.

Est-ce qu’une grossesse rapprochée est un facteur de risque de faible poids et de prématurité chez le bébé ? Y a-t-il d’autres facteurs ?

Publié le :
Par : L’équipe de nutritionnistes de Nourrir la vie | Dispensaire diététique de Montréal
grossesse-rapprochee-facteur-de-risque-faible-poids-prematurite

Oui. Une grossesse à moins de 18 mois d’écart de la grossesse précédente est un facteur de risque. Plusieurs raisons peuvent expliquer cette augmentation du risque : réserves de nutriments diminuées chez la mère, un manque de temps pour se remettre du stress ou de l’inflammation du tract génital de la grossesse précédente.

Pour en savoir plus sur les conséquences de prématurité et faible poids à la naissance, cliquer ici.

D’autres facteurs de risque sont reliés à l’histoire des accouchements précédents de la mère ou à des facteurs génétiques. Ils sont détaillés dans le tableau suivant.

Facteurs reliés à l’histoire obstétricale et génétique Faible poids à la naissance Prématurité
Intervalle court entre les grossesses (< 18 mois) X X
Intervalle long entre les grossesses (> 60 mois) X X
Histoire de bébé(s) de faible poids à la naissance ou prématuré(s) X X
Histoire maternelle de faible poids à la naissance X
Grossesse multiple (jumeaux, etc.) X X
Primiparité (1er enfant) X

Intervalle entre les grossesses

Le risque associé à un intervalle trop court entre les grossesses (moins de 18 mois) peut être causé par des réserves de nutriments sous optimaux chez la mère, spécialement le fer et l’acide folique et une augmentation du stress. Un intervalle de moins de 6 mois entre les grossesses est associé à une augmentation de risque de prématurité de 40 % car celui-ci augmente le risque de rupture du placenta.

Pendant la première grossesse, il y a une maturation de l’utérus qui facilite le passage des nutriments au fœtus. Les grossesses suivantes bénéficient de cette adaptation. Lorsque l’intervalle entre les grossesses est plus long (plus de 60 mois), la femme enceinte perd l’effet bénéfique de cette adaptation. C’est ce qui explique l’augmentation du risque de faible poids de naissance et de prématurité lorsque l’intervalle est de plus de 60 mois. Ce phénomène explique aussi la plus grande fréquence de faible poids lorsque c’est la première grossesse, puisque l’utérus doit s’adapter.

Historique de bébé de faible poids à la naissance ou prématuré

Une femme ayant déjà eu un bébé de faible poids à la naissance ou qui a déjà eu un bébé prématuré court plus de risque que cela arrive de nouveau. Cela s’explique par la forte probabilité que les facteurs de risque présents dans le passé soient toujours existants.

Histoire maternelle de faible poids à la naissance

Les bébés de femmes ayant elles-mêmes été de faible poids à la naissance présentent un risque plus élevé de naître prématurément ou de faible poids. Bien que les éléments biologiques en cause ne soient pas clairs, on estime qu’ils pourraient être liés à des facteurs génétiques intergénérationnels.

Grossesse multiple

Pour les grossesses multiples, c’est-à-dire de plus de 1 fœtus (jumeaux ou triplets par exemple), l’espace dans l’utérus devient limité et il y a une compétition pour les nutriments. À partir de la 30e semaine de grossesse environ, on observe une prise de poids inférieure chez des jumeaux que chez un fœtus unique. De plus, plus de la moitié des grossesses multiples ont des naissances prématurées. Pour en savoir davantage, consultez l’article suivant sur ce sujet.

Des facteurs démographiques peuvent aussi augmenter les risques de faible poids et de prématurité chez le nouveau-né. Pour les connaître, consultez l’article suivant.

Quoi faire pour éviter une grossesse rapprochée?

Augmenter l’intervalle entre les grossesses d’au moins 12 mois peut réduire les risques de prématurité. Il est conseillé d’utiliser une méthode de contraception qui convient le mieux pour le couple durant cette période. Idéalement, il est recommandé d’avoir un intervalle de plus de 2 ans et moins de 5 ans entre les grossesses pour diminuer les risques de complications obstétricales et congénitales chez l’enfant.

Quoi faire dans le cas d’une grossesse rapprochée?

Comme une grossesse rapprochée ne donne pas toujours la chance à la femme de refaire ses réserves de nutriments, plus particulièrement le fer et l’acide folique, il est conseillé de s’assurer de prendre un supplément prénatal qui contient ces 2 nutriments. Une bonne alimentation équilibrée durant la grossesse peut aider à optimiser les besoins de la mère et du fœtus. Pour en savoir plus sur une bonne alimentation durant la grossesse, cliquer ici.

Références

  • Institut canadien d’information sur la santé. (2009). Nés trop vite et trop petits : Étude sur les bébés de faible poids au Canada. Repéré à : https://secure.cihi.ca/free_products/too_early_too_small_fr.pdf
  • Institute of health economics. (2008). Alberta, Canada. Determinants and prevention of low birth weight: a synopsis of the evidence. Alberta : Institute of health economics.
  • Jr, J. S. B., Adera, T., et Masho, S. W. (2008). Previous abortion and the risk of low birth weight and preterm births. Journal of Epidemiology and Community Health, 62(1), 16-22.
  • Robinson, J. N. & Norwitz, E. R. (2016). Preterm birth : Risk factors and interventions for risk reduction. UpToDate.

Catégories:

L’Agence de la santé publique du Canada a contribué financièrement à la production de Nourrir la vie.

Les vues exprimées ici ne reflètent pas nécessairement la position officielle de l’Agence de la santé publique du Canada.