Nourrir la vie Un programme du Dispensaire | La référence en nutrition périnatale, de la grossesse au nourrisson.

Est-ce dangereux de boire du café pendant la grossesse ?

Publié le :
Par : L’équipe de nutritionnistes de Nourrir la vie | Dispensaire diététique de Montréal
dangereux-boire-cafe-grossesse

Non, il n’est pas dangereux de boire du café pendant la grossesse. Cependant, Santé Canada recommande aux femmes enceintes de limiter leur consommation à  300 mg de caféine par jour.

La caféine se retrouve dans le café, mais également dans d’autres boissons et aliments. Le tableau suivant illustre les aliments contenant de la caféine ainsi que leur teneur.

Aliments ou boissons Portion Quantité caféine (mg)

approximativement

Café percolateur 250 ml (1 tasse) / 8 oz 103-200

(~ 118)

Café filtre 103-200

(~ 179)

Café instantané 27-173
Café décaféiné 3-15
Thé mélange régulier 43
Thé vert 30
Thé en feuille ou sachet 50
Espresso 30 ml / 1 oz 30-90
Boisson gazeuse (cola) régulière 1 canette : 355 ml / 12 oz 36-46
Thé glacé sucre ajouté 15-67
Chocolat chaud (1 enveloppe) 250 ml (1 tasse) / 8 oz 5
Lait au chocolat 8
Chocolat au lait 28 g / 1 oz 7
Chocolat noir 3-23

La quantité maximale recommandée de 300 mg de caféine par jour représente approximativement, par exemple :

  • 250 ml de café filtre + 2 x 250 ml de thé en sachet + 250 ml de lait au chocolat = 287 mg de caféine.
  • 3 x 250 ml de thé en sachet + 250 ml de chocolat chaud + 2 oz de chocolat au lait + 30 ml d’espresso = 259 mg de caféine.
  • 250 ml de café filtre + 250 ml de thé vert + 30 ml d’espresso = 299 mg de caféine.

En d’autres mots, 300 mg de caféine c’est :

  • 2 ½ tasses de café percolateur
  • 1 ½ tasse de café filtre
  • 90 ml ou 3 espressos
  • 6 tasses de thé en feuille ou en sachet
  • 60 enveloppes de chocolat chaud
  • 37 tasses de lait au chocolat
  • 42 chocolats au lait de 28g soit l’équivalent approximatif de 23 bars de chocolat

Pour en savoir plus sur la teneur en caféine des aliments selon certaines marques, cliquer ici et ici.

Les risques pour la mère et l’enfant

La consommation de café durant la grossesse peut présenter quelques risques. La caféine est un stimulant qui accélère le rythme des battements du cœur et peut légèrement augmenter la tension artérielle.

La caféine peut aussi entraîner de la nervosité, des maux de tête, des brûlures d’estomac et perturber le sommeil. En plus, les boissons et aliments contenant de la caféine contiennent aussi des composés appelés phénols qui nuisent à l’absorption du fer.

Plus la grossesse avance, plus le risque de connaître ces effets secondaires augmente. Le changement hormonal et le ralentissement de la digestion perturbent l’élimination de la caféine qui se fait deux fois plus lentement qu’en temps normal. Cela peut affecter la quantité de caféine qui traverse le placenta et qui se transmet au bébé. Ce dernier étant en développement, il nécessite lui-même plus de temps pour gérer et éliminer la caféine. Il se peut d’ailleurs que bébé bouge plus qu’à l’habitude.

Certaines études ont rapporté un lien entre la consommation de caféine et le risque d’une fausse couche. Toutefois, ces études ont été très critiquées et d’autres recherches sont nécessaires afin de déterminer le lien entre la caféine et la fausse couche, ainsi que la quantité jugée néfaste.

Il est donc fortement recommandé, pour toutes ces raisons, de respecter la limite maximale de 300 mg de caféine par jour émise par Santé Canada.

Références

  • Armstrong, E., Harris, LH., Kukla, R., Kuppermenn, M., Little, MO., Lyerly, AD. et Mitchell, LM. (2008). Maternal caffeine consumption during pregnancy and the risk of miscarriage. Letters to the editors. The American Journal of Obstetrics and Gynecology, 199(5), e13.
  • Cnattingius, S., Signorello, LB., Annerén, G., Clausson, B., Ekbom, A., Ljunger, E.,… Granath, F. (2000). Caffeine intake and the risk of first-trimester spontaneous abortion. The new england journal of medicine, 343(25), 1839-1845.
  • Graham, NA., Hammond, CJ. 3rd et Gold, MS. (2008). Caffeine in miscarriages: it's not just in the coffee. Letters to the editors. The American Journal of Obstetrics and Gynecology, 199(5), e15.
  • Greenwood, DC., Alwan, N., Boylan, S., Cade, JE., Charvill, J., Chipps, KC.,… Wild, CP. (2010). Caffeine intake during pregnancy, late miscarriage and stillbirth. European journal of epidemiology, 25(4), 275-280.
  • Hahn, KA., Wise, LA., Rothman, KJ., Mikkelsen, EM., Brogly, SB., Sørensen, HT., … Hatch, EE. (2015). Caffeine and caffeinated beverage consumption and risk of spontaneous abortion. Hum Reproduction, 30(5), 1246-1255.
  • Lowinson, J.H., Ruiz, P., Millman, R.B. et Langrod, J.G. (2005). Substance abuse: a comprehensive textbook (4e édition). Philadelphie: Lippincott Williams & Wilkins.
  • Philippat, C., Mortamais, M., Chevrier, C., Petit, C., Calafat, AM., Ye, X., … Slama, R. (2013). Exposure to Phthalates and Phenols during Pregnancy and Offspring Sizeat Birth. Environmental Health Perspectives, 120(3), 464-470.
  • Signorello, LB. et McLaughlin, JK. (2008). Caffeine and miscarriage: case closed? Letters to the editors. The American Journal of Obstetrics and Gynecology, 199(5), e15.
  • Weng, X., Odouli, R. et Li, DK. (2008). Maternal caffeine consumption during pregnancy and the risk of miscarriage: a prospective cohort study. The American Journal of Obstetrics and Gynecology, 198(3), 279.e1-8.

Catégories:

L’Agence de la santé publique du Canada a contribué financièrement à la production de Nourrir la vie.

Les vues exprimées ici ne reflètent pas nécessairement la position officielle de l’Agence de la santé publique du Canada.