Nourrir la vie Un programme du Dispensaire | La référence en nutrition périnatale, de la grossesse au nourrisson.

Puis-je cuisiner avec l’alcool durant ma grossesse?

Publié le :
Par : L’équipe de nutritionnistes de Nourrir la vie | Dispensaire diététique de Montréal
cuisiner-avec-lalcool-durant-ma-grossesse

Oui et non. Tout dépend de la quantité d’alcool utilisée, de la méthode et du temps de cuisson du plat cuisiné.

Il existe peu de données et aucune recommandation officielle concernant l’ajout d’alcool dans des mets préparés durant la grossesse. Par ailleurs, toute consommation d’alcool, peu importe la quantité, peut représenter un risque pour le fœtus.

La quantité d’alcool qui s’évapore d’un plat cuisiné dépend particulièrement du type d’alcool, de la quantité utilisée et de la cuisson, c’est-à-dire du temps et de la température de cuisson. L’alcool commence à s’évaporer à une température de 78oC (172oF).

Il est préférable de cuire le met contenant l’alcool longtemps. Plus l’alcool est incorporé tôt et plus la cuisson est longue, plus l’alcool s’évapore. Après une cuisson de 2 heures 30 minutes, il reste environ 5% de la quantité d’alcool initiale. Une cuisson à découvert permet aussi à l’alcool de mieux s’évaporer.

Utiliser des boissons à plus faible teneur en alcool comme la bière, le cidre et le vin. Éviter les alcools forts (cognac, grand marnier, whiskey, etc.), car leur teneur en alcool est plus élevée. Il faut aussi évaluer la quantité d’alcool utilisée et le nombre de portion produit, car cela influence la quantité d’alcool présente dans sa propre assiette.

Si l’alcool est ajouté au cours de la cuisson ou à la toute fin, la teneur en alcool du plat est plus importante. De plus, toute recette contenant de l’alcool et qui ne nécessite pas de cuisson, comme les glaçages ou les sorbets sont à éviter. En ce qui concerne les gâteaux, biscuits ou les aliments flambés, la méthode de cuisson ne permet pas à l’alcool de s’évaporer aussi bien que pour un plat mijoté. La quantité d’alcool présent dans ces aliments est donc plus élevée. Par prudence, il est préférable de remplacer, dans toutes ces recettes l’alcool par un substitut non alcoolisé.

Le tableau suivant représente le pourcentage d’alcool restant à la fin de la cuisson, selon la méthode de cuisson.

Méthode

Pourcentage d’alcool restant

Aucune cuisson : aliment mariné durant une nuit

70%

Ajout dans un liquide en ébullition

85%

Aliment flambé

75%

Mijoté 15 minutes

40%

Mijoté 30 minutes

35%

Mijoté 1 heure

25%

Mijoté 1 heure 30 minutes

20%

Mijoté 2 heures

10%

Mijoté 2 heures 30 minutes

5%

Cuisson au four 25 minutes

45%

Pour remplacer l’alcool par des boissons non alcoolisées :

  • La bière : Jus de pomme, soda gingembre (ginger ale), bière sans alcool.
  • Le vin blanc : jus de pomme, bouillon de poulet, vinaigre de vin blanc additionné d’eau, de jus de pomme ou de bouillon.
  • Le vin rouge : jus de raisin, bouillon de bœuf, vinaigre de vin rouge additionné d’eau, de jus de raisin ou de bouillon.
  • La liqueur de cerise : jus d’orange ou jus d’ananas.
  • Le cognac : jus d’abricot, de pêche ou de poire.
  • Autres liqueurs : jus de pomme, jus d’orange, jus de canneberges.

De manière générale, remplacer une bière de 341 ml par 341 ml de jus de pomme. Ou encore, remplacer 250 ml de vin rouge par 250 ml de bouillon de bœuf additionné de vinaigre de vin rouge. Se référer à la recette, car les proportions de remplacement peuvent être fournies.

Il est à noter que les vinaigres de vin ne contiennent pas (ou des traces) d’alcool et sont permis durant la grossesse.

Pour des recettes de cocktails sans alcool, suivez ce lien.

Références

Catégories:

L’Agence de la santé publique du Canada a contribué financièrement à la production de Nourrir la vie.

Les vues exprimées ici ne reflètent pas nécessairement la position officielle de l’Agence de la santé publique du Canada.