Nourrir la vie Un programme du Dispensaire | La référence en nutrition périnatale, de la grossesse au nourrisson.

Comment prévenir les étouffements chez les moins de 4 ans?

Publié le :
Par : L’équipe de nutritionnistes de Nourrir la vie | Dispensaire diététique de Montréal

En surveillant constamment lorsqu’il mange, en lui offrant des aliments adaptés à son âge et en créant un environnement calme et sécuritaire à l’heure du repas, les risques d’étouffement sont moindres.

De façon générale, lorsqu’un aliment se déplace par surprise trop loin au fond de la bouche du tout-petit, ce dernier a un haut-le-cœur qui lui permet de repousser l’aliment vers l’avant. L’enfant possède donc muni d’un système de protection (le réflexe nauséeux). Toutefois, le risque zéro n’existe pas et peut augmenter dans certaines circonstances, comme lorsque l’enfant est distrait en mangeant ou qu’il consomme des aliments durs, ronds ou collants.

Voici quelques recommandations permettant de diminuer les risques d’étouffement chez un enfant de moins de 4 ans :

  • Attendre qu’il manifeste tous les signes qu’il est prêt avant de commencer l’introduction des aliments complémentaires ;
  • Garder les aliments durs, ronds ou collants hors de sa portée et ne pas lui en offrir. S’assurer que les enfants plus vieux ne lui en offrent pas non plus ;
  • L’asseoir confortablement dans une chaise haute ou à table ;
  • Toujours le superviser pendant qu’il mange ;
  • Lui enseigner à prendre de petites bouchées, à bien mastiquer et à manger lentement ;
  • L’encourager à manger par lui-même (avec ses mains ou avec l’usage d’ustensiles). Il risque moins de s’étouffer s’il porte lui-même les aliments à sa bouche, ayant ainsi le contrôle sur la vitesse à laquelle il mange et sur la grosseur des bouchées prises ;
  • Créer une ambiance calme et agréable aux repas, sans distraction (ex : télévision, jouets) ;
  • Lorsqu’il a des aliments dans sa bouche :
    • l’empêcher de marcher ou de courir ;
    • s’abstenir de le faire parler ou rire.
  • Éviter de lui proposer des collations en voiture ou en transport en commun;
  • Toujours surveiller l’enfant lorsqu’il est assis dans un panier d’épicerie; il a un accès facile aux aliments, et pourrait en porter à sa bouche.

Références

  • Nos petits mangeurs (2015). Les défis des nouvelles textures. Repéré à http://www.nospetitsmangeurs.org/les-defis-des-nouvelles-textures/

Catégories:

L’Agence de la santé publique du Canada a contribué financièrement à la production de Nourrir la vie.

Les vues exprimées ici ne reflètent pas nécessairement la position officielle de l’Agence de la santé publique du Canada.