Nourrir la vie Un programme du Dispensaire | La référence en nutrition périnatale, de la grossesse au nourrisson.

Que penser de l’alimentation autonome du bébé (Baby-led weaning) ?

Publié le :
Par : L’équipe de nutritionnistes de Nourrir la vie | Dispensaire diététique de Montréal
alimentation-autonome-baby-led-weaning-introduction-solides-bébé-doigt

L’alimentation autonome du bébé (AAB) peut s’avérer intéressante dans certains cas. Cependant, cette nouvelle méthode n’a pas encore fait l’objet de suffisamment d’études pour pouvoir être recommandée comme seul principe d’introduction des aliments solides.

L’approche AAB propose d’offrir aux enfants, dès qu’ils en sont prêts, c’est-à-dire vers l’âge de 6 mois, des aliments entiers (des fruits et légumes entiers, de gros morceaux de viande, etc.) au lieu de proposer des aliments en purée. L’objectif est de laisser le bébé manipuler les aliments et contrôler la quantité qu’il mangera ainsi que la vitesse à laquelle il le fera.

Pour sa part, Santé Canada recommande, dès le début de l’introduction des aliments solides, une diversité de textures dans l’alimentation du nourrisson, par exemple des aliments hachés ou coupés en petits morceaux ou encore certains aliments que le bébé peut prendre avec ses doigts (des légumes ou des fruits bien mûrs, comme des bananes ou de l’avocat, ou encore des fruits et légumes, viande et volaille bien cuits). Présenter des aliments de textures différentes favorise le développement des habiletés motrices de l’enfant. Il semblerait que cette pratique soit sécuritaire et ne présente pas de risque d’étouffement pour le bébé. Quelques précautions tout de même; il faut, par exemple, offrir des morceaux de taille « sécuritaire » au bébé en évitant les aliments petits et ronds tels que les noix, les raisins, etc. Le bébé doit être surveillé toute la durée du repas.

Les bébés nourris avec l’AAB seraient plus aptes à reconnaître leurs signaux de faim et de satiété, encouragés qu’ils sont à déterminer eux-mêmes à chaque repas la quantité qui leur convient. Ainsi, certaines études ont observé que les enfants nourris avec l’AAB présenteraient un risque moins élevé de surpoids. En revanche, d’autres études observent un risque de gain de poids insuffisant pour ces enfants.

L’AAB permettrait au bébé de consommer presque les mêmes aliments que le reste de la famille, ce qui serait vécu positivement par les parents. Important revers de la médaille : l’alimentation de la famille pourrait ne pas être adéquate pour le bébé, être trop riche en sel et en sucre, par exemple, et trop pauvre en fer, entre autres. Il faut donc encourager les parents à offrir des aliments le moins transformés possible et à choisir une variété d’aliments appropriés, comme avec toute approche.

Puisque cette approche requiert la capacité du bébé à prendre et à mastiquer des aliments, il est important de noter qu’elle pourrait ne pas être appropriée chez un enfant prématuré, présentant des retards de développement importants ou une croissance sous-optimale.

Cette approche est intéressante et de plus en plus populaire. Pour l’instant cependant, le manque d’études disponibles sur l’AAB ne nous permet pas de la recommander comme seul principe d’introduction des aliments solides.

En résumé

Il est recommandé de progresser rapidement au niveau des textures offertes au bébé, et ce, dès l’introduction des aliments solides. Expérimenter la manipulation des aliments favorise son développement. Toutefois, il faut savoir qu’il subsiste des doutes sur la capacité de l’AAB à offrir une alimentation équilibrée et adéquate au bébé.

Références

  • Brown, A. et Lee, M. D. (2013) Early influences on child satiety-responsiveness: the role of the weaning style. Pediatric Obesity. 10. 57-66.
  • Rapley, G. (2011) Baby-led weaning: transitionning to solid foods at the baby’s own pace. Community Practitioner. Juin. 84(6). 20-23.
  • Rapley, G. (2011) Baby-led weaning: transitionning to solid foods at the baby’s own pace. Community Practitioner. Juin. 84(6). 20-23.
  • Townsend, E et Pitchford, N.J. (2012) Baby knows best? The impact of weaning style on food preferences and body mass index in early childhood in a case-controlled sample. BMJ open. 6 février (2) 1.

Catégories:

L’Agence de la santé publique du Canada a contribué financièrement à la production de Nourrir la vie.

Les vues exprimées ici ne reflètent pas nécessairement la position officielle de l’Agence de la santé publique du Canada.