Nourrir la vie Un programme du Dispensaire | La référence en nutrition périnatale, de la grossesse au nourrisson.

J’allaite mon bébé. Quelles sont les conséquences pour lui si je prends quelques verres de vin à l’occasion ?

Publié le :
Par : L’équipe de nutritionnistes de Nourrir la vie | Dispensaire diététique de Montréal
alcool-allaitement-bébé-vin

D’abord, la quantité de lait consommée par le nourrisson peut diminuer, en raison du lait maternel qui s’éjecte moins rapidement et à sa production réduite. De plus, la qualité du sommeil du bébé peut être affectée

En revanche, il n’y a aucun risque majeur reconnu pour le nourrisson.

L’alcool diminue le réflexe d’éjection du lait maternel. En plus, dans les heures suivant une consommation d’alcool, la production de lait maternel est légèrement diminuée. En conséquence, le nourrisson consomme environ 20% moins de lait. Il est donc normal que bébé tète plus vigoureusement ou que les tétées soient plus fréquentes : l’enfant compense pour l’apport en lait diminué.

L’alcool peut également changer la saveur du lait maternel. Or, que bébé tète plus vigoureusement ne peut pas être interprété comme l’appréciation de cette nouvelle saveur, de même que si bébé boit moins, cela ne signifie pas qu’il n’aime pas cette nouvelle saveur. Tel que mentionné, tout est une question du réflexe d’éjection et de la production du lait maternel qui sont diminués.

L’alcool peut affecter l’allaitement, même s’il n’y a eu prise que de deux consommations alcoolisées. Par ailleurs, 1 consommation = 1 bouteille de bière ou 125 ml de vin, ou 30 ml d’alcool fort.

La prise d’alcool par le bébé (via le lait maternel) réduit aussi son temps de sommeil. Il dort rapidement après la tétée mais se réveille plus tôt que les bébés n’en ayant pas consommé.

En résumé, si vous buvez de l’alcool, limitez-vous à deux consommations tout au plus. Et sachez qu’il est préférable de manger avant de boire et d’attendre 2 heures ou plus avant d’allaiter pour s’assurer que la quantité d’alcool dans le lait ait diminuée suffisamment et minimiser ses effets sur le nourrisson.

Références

  • Eidelman, A. I., Schanler, R. J., Johnston, M., Landers, S., Noble, L., Szucs, K. et Viehmann, L. (2012). Breastfeeding and the use of human milk. Pediatrics, 129(3), e827-e841.
  • Giglia, R. et Binns, C. (2006). Alcohol and lactation: A systematic review. Nutrition & Dietetics, 63(2), 103-116. doi: 10.1111/j.1747-0080.2006.00056.x
  • Ketan, G. et Ketan, S. (2005). AMERICAN ACADEMY OF PEDIATRICS: Breastfeeding and the Use of Human Milk. Pediatrics, 115(2), 496-506.
  • Koren, G. (2002). Drinking alcohol while breastfeeding. Will it harm my baby? Can Fam Physician, 48, 39-41.
  • Mennella, J. A. et Pepino, M. Y. (2010). Breast pumping and lactational state exert differential effects on ethanol pharmacokinetics. Alcohol, 44(2), 141-148.
  • Mennella, J.A. (2001). Regulation of Milk Intake After Exposure to Alcohol in Mothers’ Milk. Alcohol Clinical and Experimental Research, 25(4), 590-593.
  • Mennella, J. A. et Gerrish, C. J. (1998). Effects of Exposure to Alcohol in Mother's Milk on Infant Sleep. Pediatrics, 101(5), e2. doi: 10.1542/peds.101.5.e2
  • Mennella, J. A. (1997). Infants' suckling responses to the flavor of alcohol in mothers' milk. Alcohol Clin Exp Res, 21(4), 581-585.
  • Mennella, J.A. et Beauchamp, G.K. (1991). The transfer of alcohol to human milk. Effects on flavor and the infant's behavior. The New England journal of medecin, 325(14), 981-985.

Catégories:

L’Agence de la santé publique du Canada a contribué financièrement à la production de Nourrir la vie.

Les vues exprimées ici ne reflètent pas nécessairement la position officielle de l’Agence de la santé publique du Canada.