Nourrir la vie Un programme du Dispensaire | La référence en nutrition périnatale, de la grossesse au nourrisson.

Est-ce qu’un âge de 35 ans ou plus est un facteur de risque de faible poids et de prématurité chez le bébé ? Et y-a-t-il d’autres facteurs?

Publié le :
Par : L’équipe de nutritionnistes de Nourrir la vie | Dispensaire diététique de Montréal

Oui. Le vieillissement biologique de l’utérus et la diminution de la fertilité causent une augmentation du risque de faible poids et de prématurité chez le bébé. Une plus grande prédisposition à une grossesse multiple et à certaines conditions médicales explique également l’augmentation du risque.

Pour en savoir plus sur les conséquences de prématurité et faible poids à la naissance, cliquer ici.

D’autres facteurs de risque de nature démographique peuvent augmenter le risque de faible poids de naissance et de prématurité chez le nouveau-né. Ces facteurs de risque sont détaillés dans le tableau suivant.

 

Facteurs démographiques

Faible poids à la naissance Prématurité
Adolescence X X
Âge avancé (≥ 35 ans) X X
Minorité visible X X
Acculturation X X
Statut matrimonial : sans conjoint X X
Autochtone X

Adolescence

Une grossesse à l’adolescente est un autre facteur de risque. Du point de vue physiologique, l’utérus immature reçoit moins de sang et de nutriments que l’utérus mature; à ceci s’ajoute une compétition nutritionnelle entre le corps adolescent en croissance et le fœtus qu’il porte, le tout au désavantage du fœtus.

Du point de vue comportemental, les adolescentes enceintes tardent souvent à obtenir les soins prénataux requis lors d’une grossesse, laissant des infections ou des déficiences non traitées.  Elles présentent aussi une incidence élevée de comportements nocifs pour le fœtus (usage du tabac, de l’alcool, de drogues, etc.).

Âge avancé

Le vieillissement biologique de l’utérus (fonctionnalité de l’utérus) augmenterait le risque en soit, mais diminue également la fertilité de la femme, qui favorise le recours aux techniques de procréation assistée. Ces dernières augmentent la probabilité d’avoir des naissances multiples (jumeaux, triplés) ou un bébé prématuré. Aussi, l’âge avancé de la femme enceinte la prédispose davantage à des naissances multiples, de l’hypertension, du diabète gestationnel ou des complications placentaires.

Minorité visible

Les parents d’origine afro-américaine ont un plus haut risque d’avoir un bébé prématuré que ceux d’origines caucasien (blancs). Il semblerait que le risque augmente progressivement plus il y a de gênes afro-américains dans le couple. Le lien entre le fait d’être noire et celui d’accoucher trop tôt n’a pas été établi clairement. Bien que certaines causes environnementales telles que le stress, le racisme, etc. peuvent contribuer au risque de prématurité, il semble que les variances des gênes en eux-mêmes y jouent un rôle.  Par exemple, la race de la femme affecte la flore vaginale et certaines bactéries présentes peuvent induire la prématurité qui pourrait expliquer l’incidence élevée de prématurité et de faible poids à la naissance chez ces femmes.

On observe aussi un taux de prématurité et de faible poids plus élevé dans les populations aborigènes en Amérique. Les raisons n’y sont pas claires mais étant donne que certains facteurs comme l’alcool, le tabac, la violence ou la discrimination sont plus présents dans cette population, il est possible que la prématurité soit un résultat de certains de ces facteurs de risques.

Acculturation

L’acculturation est expérimentée par les immigrants qui entrent en contact avec une nouvelle culture et se l’approprient, changeant leurs habitudes alimentaires et leur style de vie. Cela s’expliquerait par l’adoption de mauvaises habitudes de vie (style occidental), telles que la consommation de cigarette ou d’alcool.

Statut matrimonial

Les femmes sans conjoint auraient plus de risque d’avoir un bébé de faible poids à la naissance ou prématuré que les autres. Il n’y a pas d’explication concrète sur le sujet mais les explications peuvent inclure un manque de support, un stress lié à des difficultés financières ou des difficultés à s’alimenter adéquatement. Le stress est reconnu comme étant une raison plausible qui augmente les risques de prématurité.

Des facteurs nutritionnels peuvent aussi augmenter les risques de faible poids et de prématurité chez le nouveau-né. Pour en savoir plus, cliquer ici.

Références

  • Institut canadien d’information sur la santé. (2009). Nés trop vite et trop petits : Étude sur les bébés de faible poids au Canada. Repéré à : https://secure.cihi.ca/free_products/too_early_too_small_fr.pdf
  • Institute of health economics. (2008). Alberta, Canada. Determinants and prevention of low birth weight: a synopsis of the evidence. Alberta : Institute of health economics.
  • Robinson, J. N. et Norwitz, E. R. (2016). Preterm birth : Risk factors and interventions for risk reduction. UpToDate.

Catégories:

L’Agence de la santé publique du Canada a contribué financièrement à la production de Nourrir la vie.

Les vues exprimées ici ne reflètent pas nécessairement la position officielle de l’Agence de la santé publique du Canada.