Du nouveau dans la prévention des allergies alimentaires ?

Un nouveau communiqué publié par la Société canadienne de pédiatrie (SCP) le 23 janvier dernier résume les dernières données en matière de prévention des allergies alimentaires chez le nourrisson.

Le Dispensaire diététique de Montréal en profite pour reprendre les grandes lignes de ce communiqué et faire un rappel à propos de l’introduction des allergènes alimentaires :

  • Il est difficile encore de se prononcer sur l’âge idéal du premier contact avec des allergènes. Peu de données portent sur la différence entre une introduction à 4 mois ou à 6 mois. Dans la plupart des études, les nourrissons ont moins de 6 mois.
  • Chez l’enfant à haut risque de développer des allergies alimentaires, il est pertinent d’offrir les allergènes prioritaires dès qu’il démontre tous les signes qu’il est prêt à manger. La première exposition peut se faire vers l’âge de 6 mois, mais jamais avant 4 mois.
  • Actuellement, l’introduction hâtive des allergènes prioritaires n’est pas nécessaire chez le nourrisson qui ne présente pas de risque d’allergies.
  • Bébé doit goûter à un seul allergène à la fois, aux 2-3 jours. Un adulte doit toujours surveiller l’apparition de signes de réaction allergique.
  • Offrir précocement des œufs et des arachides pourrait prévenir le développement de ces allergies. Cependant, peu d’études ont porté sur la prévention d’autres allergènes prioritaires, comme le blé, le soya, le lait, etc. Des résultats préliminaires, provenant d’études observationnelles, suggèrent tout de même des résultats positifs pour la prévention de l’allergie au lait et au blé.
  • Si un allergène est toléré, la SCP conseille fortement de le proposer plusieurs fois par semaine, afin de maintenir la tolérance de l’enfant.
  • L’allaitement maternel jusqu’à l’âge de 2 ans est encouragé pour tous ses bienfaits sur le système immunitaire et le développement.

Un enfant est considéré à haut risque de développer des allergies alimentaires si lui-même, son parent ou sa fratrie souffre de maladies atopiques : allergies alimentaires, asthme, eczéma et rhinite allergique.

Les allergènes prioritaires sont les suivants : œuf, lait, moutarde, arachide, mollusques et crustacés, poissons, sésame, soya, noix, blé et sulfites.

La prévention des allergies alimentaire devient un enjeu de santé publique puisque 2 à 10 % de la population souffre d’allergies alimentaires.

Pour répondre davantage à vos questions, voici des liens utiles :

Est-il possible de prévenir le développement d’une allergie aux arachides chez mon bébé?

De quelle façon dois-je introduire les arachides chez mon bébé?

Comment se manifeste une allergie alimentaire ?

À quel rythme dois-je faire progresser mon bébé dans l’introduction des aliments complémentaires?

Références

Elissa M. Abrams, Kyla Hildebrand, Becky Blair, Edmond S. Chan; Société canadienne de pédiatrie. (2019). Le moment d’introduire les aliments allergènes solides chez les nourrissons à haut risque. Repéré à :

https://www.cps.ca/fr/documents/position/allergenes-solides

 

 

En collaboration avec les intervenantes du Dispensaire

Contenu qui pourrait vous interesser

Commentaires

Suivez-nous

1,908FansLike
65FollowersFollow
15SubscribersSubscribe

DERNIERS AJOUTS

PRINCIPAUX PARTENAIRES
PARTENAIRES

Slide Slide Slide Slide Slide