La nutrition sociale

Centrée sur la réponse nutritionnelle adaptée aux besoins des femmes enceintes en situation de précarité et sur la réduction de la pauvreté, l’approche en nutrition sociale tient compte d’un ensemble de déterminants de la santé (conditions sociales, économiques et culturelles, accès à des soins de santé, …), et ce, afin de mener une intervention interdisciplinaire qui permettra à ces femmes de donner vie à des bébés en santé, de veiller au développement optimal de leur enfant et à leur épanouissement en tant que parents et citoyennes de leur collectivité.

La nutrition sociale, telle que développée et pratiquée au Dispensaire, est une approche basée sur la méthode d’intervention nutritionnelle Higgins©, une méthode éprouvée scientifiquement qui cible la période de la grossesse. La nutrition sociale couvre de plus les premiers mois de vie du nouveau-né et se caractérise par :

  • Un accueil chaleureux et sans jugement de valeur;
  • une analyse des besoins de la femme enceinte en situation de précarité;
  • la mise en œuvre d’un plan d’intervention personnalisé et interdisciplinaire, comprenant du counseling, du soutien et de la réhabilitation nutritionnelle (consultations avec une nutritionniste et distribution de suppléments alimentaires et vitaminiques);
  • du soutien actif à l’allaitement;
  • des activités de groupe (préparation à l’accouchement, allaitement, rôle parental, cuisine saine à petit prix, alimentation de l’enfant…) et l’accès à une halte-garderie;
  • l’intégration des membres de la famille dans le plan d’intervention;
  • du soutien psychosocial et communautaire (soutien entre pairs, réseau d’organismes de soutien et accompagnement).

La nutrition sociale appelle la contribution d’autres acteurs issus du milieu de vie de la femme enceinte en situation de précarité et de sa famille.

Elle nous amène aussi à mesurer l’impact de nos interventions qui vont au-delà du poids adéquat à la naissance.  En voici les principales illustration pour la période de janvier à mars 2017.