Nourrir la vie Un programme du Dispensaire | La référence en nutrition périnatale, de la grossesse au nourrisson.

Mon bébé est-il à risque de carences nutritionnelles si j’allaite durant le Ramadan ?

Publié le :
Par : L’équipe de nutritionnistes de Nourrir la vie | Dispensaire diététique de Montréal
FK7Photographie_1

Oui et non. Le bébé n’est pas à risque de carences nutritionnelles si la mère s’alimente adéquatement durant les périodes de jeûne. Cependant, une diminution de la production du lait maternel chez celles qui jeûnent est souvent observée. Pour cette raison, il n’est pas recommandé de faire le Ramadan pour les femmes allaitantes.

En général, la composition nutritionnelle du lait maternel, pour ce qui est des principaux nutriments (protéines, glucides et lipides), est affectée uniquement dans les cas de famine ou de malnutrition sévère. La composition du lait maternel étant tout de même influencée par certains facteurs telles l’alimentation, les réserves corporelles et certaines hormones, une alimentation suffisante en termes de quantité et de qualité ainsi qu’une bonne hydratation s’imposent en tout temps. Toutefois, cela peut s’avérer difficile pour les mamans qui font le Ramadan et par conséquent, une baisse de leur production de lait peut survenir. En d’autres mots, les besoins nutritionnels de la maman allaitante sont difficilement rencontrés en 2 repas. Cela dit, malgré qu’il y ait une baisse de la production (quantité), la qualité du lait maternel demeure inchangée pour les ce qui est des protéines, glucides et lipides. Toutefois, plusieurs vitamines et minéraux (notamment la thiamine, la riboflavine, la choline, le retinol, le sélénium, l’iode et les vitamines B6, B12, A et D) risquent de se retrouver en plus faible concentration dans le lait maternel.

Les risques ou conséquences associés à une baisse de la production de lait

  • Besoins nutritionnels du bébé non-rencontrés : gain de poids insuffisant et croissance non-optimale.
  • Introduction de préparation commerciale pour satisfaire pleinement les besoins du nourrisson : bébé reçoit moins d’anticorps et autres agents immunitaires (naturellement présents dans le lait maternel).
  • Introduction précoce des aliments complémentaires. Pour en savoir plus sur les risques d’introduire trop tôt les aliments complémentaires, cliquer ici.

Conseils pratico-pratiques

  • Surveiller l’urine du bébé et le nombre de couches changées par jour pour s’assurer que le bébé boive suffisamment. Un minimum de 6 à 8 couches lourdes est recommandé pour une bonne hydratation. Une urine jaune foncée et ayant une forte odeur ou une selle foncée, dure, sèche ou ressemblant à des cailloux peuvent être des signes de déshydratation.
  • Suivre le poids du bébé pour qu’il demeure dans sa courbe de croissance.
  • Allaiter plus souvent afin que bébé reçoive suffisamment de lait maternel.
  • Stimuler le sein, au moins 8 à 12 fois par jour, pour assurer la production du lait. Par ailleurs, bébé qui tètera plus régulièrement stimulera par le fait même la production de lait.
  • Être alerte aux signes de faim du bébé. La période du Ramadan s’accompagne souvent de nombreuses festivités qui demandent beaucoup de préparation, ce qui peut occasionner un certain stress et un horaire chargé chez la femme qui allaite. Malgré ces préoccupations, il est important de porter une attention particulière aux signes de bébé démontrant qu’il veut prendre le sein.
  • La mère allaitante doit consommer, durant les heures de repas permis, l’équivalent de 3 repas et au moins 2 collations pour rencontrer ses besoins. Le fait d’accompagner les repas de lait est recommandé, considérant qu’il s’agit d’un aliment nutritif qui permettra d’augmenter facilement les calories ingérées. Cliquer ici pour plus d’information concernant les aliments à favoriser durant le jeûne (bien que les recommandations sont adaptées à la femme enceinte, elles peuvent également s’appliquer à la femme allaitante).
  • S’hydrater suffisamment. Assurer un minimum de 6 à 8 verres de liquides par jour (incluant l’eau, le jus, le lait, la soupe, etc.). Si l’urine de la mère est jaune foncé, il faut boire plus de liquide. Limiter les boissons contenant de la caféine à un maximum de 300mg de caféine par jour. Pour en savoir plus sur la consommation de caféine durant l’allaitement, cliquer ici.
  • Dormir pendant quelques heures au cours de la journée. L’allaitement demandant beaucoup d’énergie, il est important que la mère ait du repos pour produire suffisamment de lait.
  • Recevoir de l’aide pour la préparation des repas. La fatigue et le stress peuvent diminuer la production de lait maternel.
  • Il demeure toujours possible d’intercaler des jours de jeûne et de non-jeûne, afin que la maman puisse refaire ses réserves.

Bien que le Coran permette à la femme enceinte de ne pas faire le Ramadan et de reprendre les jours de jeûne à tout autre moment durant l’année, il s’agit d’une décision personnelle. Il en revient donc à la mère de décider si elle désire jeûner durant l’allaitement ou non.

Un suivi par une nutritionniste est pertinent pour toutes mamans faisant le Ramadan.

Références

  • Allen, L. H. (2012). B vitamins in breast milk: relative importance of maternal status and intake, and effects on infant status and function. Advances in Nutrition: An International Review Journal, 3(3), 362-369.
  • Al-Oballi Kridli, S. (2011) Health beliefs and fasting practices of Muslim women during Ramadan. MCN American Journal of Maternal and Children Nursing, 36(4), 216-21. Repéré à : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21709516
  • Bener, A., Galadari, S., Gillett, M. Osman, N. Al-Taneiji, H., Al-Kuwaiti, M. H. H., et Al-Sabosy, M. M. A. (2001). Fasting during the holy month of Ramadan does not change the composition of breast milk. Nutrition Research. 21, 859-864.
  • Haratipour, H., Sohrabi, M. B., Ghasemi, E., Karimi, A., Zolfaghari, P., et Yahyaei, E. (2013). Impact of meternal fasting during Ramadan on growth parameters of exclusively breastfed infants in Shahroud, 2012. Journal of fasting and health, 1(2), 66-69.
  • Khoshdel, A., Najafi, M., Kheiri, S., Taheri, E., Nasiri, J., Yousofi, H., Jafari, A. (2007). Impact of maternal Ramadan fasting on growth parameters in exclusively breast-fed infants. Iran Journal of Pediatrics, 17(4), 345-352. Repéré à : http://www.bioline.org.br/pdf?pe07065
  • Leiper, J. B., Molla, A. M., et Molla, A. M. (2003). Effects on health of fluid restriction during fasting in Ramadan. European Journal of Clinical Nutrition. 57(2), S30-S38. Repéré à: http://www.nature.com/ejcn/journal/v57/n2s/pdf/1601899a.pdf
  • NHS. (na). Ramadan Health Guide, a guide to healthy fasting. Repéré à : https://www2.warwick.ac.uk/services/equalops/resources/a_guide_to_healthy_fasting.pdf
  • Prentice, A. M., Prentice, A., Lamb, W. H., Lunn, P., G. Austin, S. (1983). Metabolic consequences of fasting during Ramadan in pregnant and lactating women. American journal of Clinical Nutrition, 37(4), 283-294. Repéré à : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/6643131
  • Rakicioglu, N., Samur, G., Topcu, A., et Topcu, A, A. (2006). The effect of Ramadan on maternal nutrition and composition of breastmilk. Pediatrics International. 48, 278-283.

Catégories:

L’Agence de la santé publique du Canada a contribué financièrement à la production de Nourrir la vie.

Les vues exprimées ici ne reflètent pas nécessairement la position officielle de l’Agence de la santé publique du Canada.