Nourrir la vie Un programme du Dispensaire | La référence en nutrition périnatale, de la grossesse au nourrisson.

Quelle quantité de jus un enfant d’un an peut-il boire par jour ?

Publié le :
Par : L’équipe de nutritionnistes de Nourrir la vie | Dispensaire diététique de Montréal
jus-quantité-enfant

Maximum de 150 ml par jour.
Mais, préférablement, pas de jus du tout!
Offrez-lui plutôt des fruits frais à manger.
Le jus n’offre aucun avantage nutritionnel additionnel.

L’enfant n’a pas besoin de jus, il a besoin de fruits.

Le jus pur à 100 % est concentré en sucres naturels et, contrairement aux fruits frais, il ne contient pas de fibres.

Beaucoup d’enfants boivent une grande quantité de jus, ce qui peut diminuer leur appétit et réduire la quantité des autres aliments nutritifs consommés (ex. lait). Par conséquent, leur alimentation peut devenir déficiente en certains nutriments.

Le jus apporte beaucoup de calories et, pris en grandes quantités, il contribue à augmenter rapidement le poids des enfants. Cette population ayant tendance à être de plus en plus en surpoids, il est recommandé de limiter la consommation de jus pour diminuer le risque d’embonpoint. Sans compter que le jus augmente les risques de caries dentaires chez les petits.

Le lait et l’eau demeurent les liquides à privilégier pour les enfants âgés de 6 mois à 18 ans !

Les recommandationS

  • Préférez offrir des fruits frais au lieu du jus.
  • Le jus ne devrait jamais être offert avant 6 mois.
  • Offrez du jus pur à 100% et non pas des boissons, cocktails, nectars ou autres breuvages.
  • La consommation de jus doit être limitée à 150 ml par jour jusqu’à l’âge de 6 ans et à 300 ml jusqu’à 18 ans.
  • Il est recommandé de diluer le jus (avec de l’eau) puisqu’il est riche en sucres.
  • Offrez-le dans une tasse ouverte. Le biberon n’est pas un bon choix puisqu’il favorise les caries.

Références

Catégories:

L’Agence de la santé publique du Canada a contribué financièrement à la production de Nourrir la vie.

Les vues exprimées ici ne reflètent pas nécessairement la position officielle de l’Agence de la santé publique du Canada.